La nature au fil des saisons - SEPTEMBRE 2014

  - Pic noir (Dryocopus martius)    
 
- Eglantier des chiens (Rosa canina)    
    - Le cirse des champs (Cirsium arvense)    
    - Le cirse commun (Cirsium vulgare)    
    - Rhingie champêtre (Rhingia campestris)    
         
 
La nature au fil des saisons      
           
             
      Pic noir (Dryocopus martius)
      Ordre : Piciformes – famille : Picidés
       
   
Voici une observation exceptionnelle et merci à l’habitant de la rue d’Avelette qui, en plus, a réussi de magnifiques photos de cette espèce peu courante dans notre secteur. C’est le plus grand des pics avec sa taille de 40 à 46cm du bec à la queue. Il est très reconnaissable : entièrement noir avec une calotte rouge, bec clair, il a un vol bien droit contrairement aux autres pics au vol onduleux. Sa taille correspond à celle de la corneille. Au niveau du nid, il se distingue également par un trou ovale et non circulaire. Son nid est récupéré ensuite par les espèces cavernicoles telles que les mésanges ou encore les sittelles. Sa nourriture est constituée de fourmis, mais aussi d’insectes xylophages. Par endroits, de larves de coléoptères, d’asticots de mouches ou encore de chenilles de papillons. Il lui arrive également de manger des fruits ou baies. Son habitat préféré est la forêt avec de vieux et grands arbres. On le trouve davantage dans les Vosges par exemple en ce qui concerne la France. Une petite population dans le sud du département du Nord et aussi dans la forêt de Boulogne. La régression des forêts avec de grands arbres explique peut-être son observation ici et là dans des milieux inhabituels et en particulier chez nous. Profitons en tout cas de ces belles images.
 
     
             
 
 
         
 
 
 
 
 
             
       
 
      Eglantier des chiens (Rosa canina)      
      Ordre : Rosales – Famille : Rosacées      
             
   
Arbrisseau solitaire, ses grandes fleurs blanches ou rosées éclairent le paysage au printemps et ses nombreux fruits rouges embrasent la verdure environnante dès la fin de l’été. Une explication concernant son nom : la racine de cette plante était censée guérir les chiens de la rage (cela date de l’Antiquité !). Les boutons floraux évoquent les boutons de nos roses cultivées; la plante sert d’ailleurs de porte greffe pour la création d’espèces d’ornement. Les fruits sont des cynorhodons rouges ovales. Ils contiennent des poils légèrement urticants pour la peau, ce qui lui vaut le nom vernaculaire de « gratte-cul ». On les utilisait autrefois en médecine et en cuisine (confiture, vin, bière). Les feuilles sont composées de 5/7 folioles grossièrement dentées. La tige est épineuse.
 
     
     
   
 
 
 
 
   
 
   
 
   
 
   
 
         
 
 

           
 
   
      Le cirse des champs (Cirsium arvense)      
      Ordre :Asterales – Famille : Astracées      
   
Les cirses se ressemblent et il faut regarder attentivement pour éviter les confusions. La tige est le premier critère d’identification: elle n’a pas d’ailes pourvues d’épines comme les autres cirses. Ses feuilles étroites et dentées peuvent être touchées sans se piquer. Enfin, les fleurs plus petites et globuleuses, de couleur lilas le plus souvent, sont plus petites que celles du cirse commun. Elles produisent de nombreuses graines plumeuses jaune/brun que le vent emporte à moins que le chardonneret les engloutisse ! Floraison de Juillet à septembre. La plante est dioïque (plants mâles séparés de plants femelles)
 
 
         
 
 
 

       
 
   
 
   
 
 
 
 
 
 
 

 

   
      Le cirse commun (Cirsium vulgare)      
      Ordre : Asterales – Famille : Astéracées      
             
   
C’est un chardon de plus grande taille que le précédent. Ses épines sont agressives !!! Les feuilles lancéolées et pennées se terminent par une épine à chaque lobe. La tige ailée porte également des épines acérées. La tête florale est pourpre, se rétrécie et le dessous est couvert de bractées vertes en forme d’épines mais non piquantes cette fois. La forme générale évoque celle d’un champignon. Note : Les cirses sont de mauvaises herbes qui se propagent par les graines aériennes ou par les racines. Leur « élimination » est difficile et fait l’objet d’une obligation légale. Néanmoins, c’est une plante qui nourrit les coccinelles phytophages et une dizaine d’autres coléoptères. La chenille du papillon « La Belle Dame »se nourrit également de ses feuilles. Quand aux graines, elles font le régal du chardonneret.
 
         
 
         
 
   
 
   
 
             
 
  Rhingie champêtre (Rhingia campestris)      
      Ordre : Diptère – Famille : Syrphidés      
 
         
   
Voici une bien curieuse « mouche ». Très courante et abondante dans les milieux naturels, elle se reconnaît aisément en vol à son abdomen orangé; posée, ce qui retient l’attention c’est sa face étirée, prolongée par un rostre ressemblant à un bec. Elle fréquente les fleurs et se nourrit de leur nectar à l’aide d’une longue trompe. Elle pond ses œufs dans les herbes à proximité des bouses de vaches dans lesquelles se développent les larves. Les femelles se différencient des mâles: leurs yeux sont séparés. La nervation des ailes n’atteint pas le bord postérieur des ailes, ce qui la classe dans la famille des syrphes.
 
           
 
   
 
   
 
   
 
   
 
 
 
 
La nature au fil des saisons