La nature au fil des saisons - SEPTEMBRE 2012

     
         
    - Le chevreuil (Capreolus capreolus)    
    - Le rat musqué (Ondatra zibethicus)    
    - La punaise à pattes rousses (Pentatoma rufipes)    
    - La punaise des baies (Dolycoris baccarum)    
    - La punaise verte (Palomena prasina)    
    - La punaise arlequin (Graphosoma italicum)    
    - La grande sauterelle verte (tettigonia veridissima)    
       
         
         
         
   
     
             
             
 
La nature au fil des saisons      
             
           
             
      Le chevreuil (Capreolus capreolus)      
      Ordre : Artiodactyla-Famille : Cervidés      
   
Un chevreuil dans les champs ! Rencontre insolite pour un animal réputé très forestier. D’autant qu’il ne mange ni les graminées, ni les céréales. Deux raisons font qu’on rencontre de plus en plus de chevreuils dans la campagne: d’abord la disparition ou presque de ses prédateurs: loups et lynx notamment, ensuite le succès de sa reproduction et ce dans toute l’Europe. La réduction de l’espace forestier conduit inévitablement le chevreuil à sortir de son lieu de naissance, pour rechercher un endroit où vivre. Le chevreuil est victime toutefois de maladies provoquées par les tiques. Il mange des plantes, des bourgeons et les branches des jeunes arbres. Le nombre important d’individus cause des dégâts et pose un problème dans la gestion de la forêt. Il constitue pour cette raison, un gibier dont la chasse est elle-même gérée de façon raisonnée. Pour le rencontrer, il faut se promener très tôt le matin. La photo a été prise dans le prolongement de la rue d’Enfer, près de la ferme.
 
             
 
         
 
             
 
         
   
 
   
   
   
   
             
   
   
      Le rat musqué (Ondatra zibethicus)      
      Ordre : Rodentia – Famille : Muridés      
             
   
Souvent confondu avec le ragondin*, c’est un bel animal qui fait penser au castor plus qu’à un « rat ». Si vous le surprenez en train de ronger herbes et plantes, vous ne pourrez que le contempler pour sa fourrure. C’est un animal amphibie qui vit près des fossés aux eaux dormantes. Il creusent des terriers qui ruinent les berges .Très bon nageur, il peut parcourir de grandes distances ou rester longtemps sous l’eau en cas de danger. Il se reproduit rapidement (gestation : 30 jours) et, a deux à trois portées par an. D’abord importé d’Amérique du nord, l’espèce était prisée pour sa fourrure. Après L’effondrement des cours de la fourrure, certains éleveurs se sont débarrassés de leurs animaux dans la nature (1960). Du rêve américain l’espèce très invasive est devenue un cauchemar pour notre région, la Belgique, la Hollande et le Nord de la France jusqu’en région parisienne. Considérée comme nuisible, elle fait l’objet d’une régulation par empoisonnement.
   
             
    *Le ragondin est beaucoup plus gros et moins invasif, lui aussi introduit, il est originaire d’Amérique du sud.  
             
 
         
 
         
             
           
             
      La punaise à pattes rousses (Pentatoma rufipes)      
      Ordre : Hétéroptère- Famille : pentatomidés      
         
   
A l’état nymphale se nourrit de bourgeons, de fleurs et de fruits et peut certaines années causer des dégâts dans les vergers. Les adultes sont eux polyphages (sève&insectes morts). Elle vit dans toute l’Europe, l’Asie mineure et même en Sibérie. On la trouve sur les buissons, les arbres à la lisière des forêts, les parcs et les jardins. Contrairement aux autres espèces de cette famille, les adultes n’hivernent pas. Les juvéniles passent l’hiver.
   
         
 
             
         
             
             
             
             
      La punaise des baies (Dolycoris baccarum)      
      Ordre : Hétéroptères- Famille : Pentatomidés      
    Commune d’Avril à octobre dans presque toute l’Europe, elle se nourrit sur les fleurs, les fruits, les baies de nombreuses plantes.    
             
 
         
     
         
      La punaise verte (Palomena prasina)      
      Ordre : Hétéroptères-Famille : Pentatomidés      
         
   
La forme en « bouclier » caractérise la famille des pentatomidés, les autres familles ayant une forme plus ovale bien moins jolie. Elle n’est pas toujours verte comme sur les photos et son identification est délicate! Sa coloration dépend du milieu et de sa nourriture; en automne et en hiver elle devient brune pour redevenir verte au printemps et en été. A cette époque, on la trouve sur la végétation basse, les arbres et les arbustes. Elle se nourrit de sucs végétaux et d’animaux. En cas de danger, elle sécrète un liquide à odeur désagréable qui peut provoquer des allergies chez certaines personnes.
   
         
 
         
 
         
     
         
      La punaise arlequin (Graphosoma italicum)      
      Ordre : Hétéroptères – Famille : Pentatomidés      
   
Encore appelée pentatum rayé, c’est sans doute la plus jolie punaise de cette famille ! La couleur rouge décourage d’éventuels prédateurs qui auraient envie de l’avaler. On la trouve davantage dans les parties méridionales* de l’Europe, mais quelques individus parfois en grand nombre sont observables chez nous. Elle affectionne particulièrement les Apiacées(ombellifères). *les individus du sud ont les pattes oranges, ceux du nord, les pattes noires.
   
         
 
         
       
         
         
      La grande sauterelle verte (tettigonia veridissima)      
      Ordre : Orthoptères- Famille : Tettigonidés      
             
   
Sauterelles et criquets sont apparentés, mais de nombreuses différences les séparent !!! Septembre est l’ultime mois où on peut la rencontrer. C’est à cette époque qu’elle quitte plus facilement arbustes et buissons pour l’herbe, milieu habituel des criquets. Son régime alimentaire se différencie également de ces derniers .En effet, elle se montre volontiers carnassière. Son comportement et sa morphologie la distingue également de ses cousins. Ses quatre longues ailes qui dépassent l’abdomen lui permettent juste de voleter. Leur disposition en croix ressemble à celle d’un moulin, ce qui rend le vol difficile. Elle se déplace plus en marchant qu’en sautant et possède de très longues antennes. D’autre part la femelle possède un ovipositeur long et pointu (photo). Entièrement verte avec une fine bande dorsale brune, elle se confond avec le milieu. Cela ne suffit pourtant pas pour échapper à ses nombreux prédateurs: oiseaux, mammifères, amphibiens. Elle est aussi victime de parasites et de pesticides agricoles. Pour toutes ces raisons, c’est un insecte en voie de disparition et sa rencontre est un moment privilégié dont il faut profiter.
   
         
   
 
         
   
 
         
   
 
         
 
 
La nature au fil des saisons