La nature au fil des saisons - SEPTEMBRE 2011

     
    - Perdrix grise et faisan de Colchide    
    - Papillons de Septembre    
    - Les insectes pollinisateurs    
    - Chevalier guignette (actitis hypoleucos)    
    - Traquet motteux (Oenanthe Oenanthe)    
         
  La fin de l’été voit apparaître deux prédateurs redoutables : l’épeire diadème et l’épeire fasciée.
La première est facilement reconnaissable à la croix blanche sur son abdomen, la seconde est jaune, rayé de noir et ne peut être confondue. Toutes deux ont une grande taille. Vous les localiserez plus facilement le matin, lorsque la lumière rasante du soleil fait briller leurs toiles.
   
    - Epeire diadème (Araneus diadematus)    
    - Epeire fasciée (Argiope bruennichi)    
         
  Quelques fleurs sauvages à découvrir le long du canal, du pont d’Hinges en direction de Mont Bernanchon, berge sud ouest.    
    - Le galéga (galega officinalis)[Fabacée]    
    - Mélilot jaune (melilotus officinalis) [Fabacée]    
    - Mélilot blanc (Melilotus albus) [Fabacée]    
   
- Epiaire des marais (Stachys palustris) [Lamiacée]    
             
             
 
La nature au fil des saisons      
             
           
      Perdrix grise et faisan de Colchide      
             
      Deux Galliformes de la famille des phasianidés      
   
La fin de l’été et le début de l’automne sont propices à l’observation de ces deux espèces. Les moissons ont laissé les champs dénudés et les perdrix sont désormais bien visibles. Quant au faisan de Colchide qui vit à la lisière des bois et sort à découvert pour se nourrir, ses effectifs ont bien augmenté après les naissances.
   
             
      La perdrix grise (Perdrix Perdrix)      
    A cette époque de l’année, on rencontre de petits groupes (qu’on appelle compagnies) dans les champs tout autour du village. Bien que son plumage se confonde parfaitement avec l’argile et le blé coupé, toute approche provoque la fuite. Elle préfère le faire en courant, mais si l’inquiétude est grande, le groupe s’envolera en rase-motte tout en criant. On trouve des perdrix grises dans tout l’hémisphère Nord.    
       
             
      Le faisan de Colchide (Phasianus Colchicus)      
   
Les ressemblances avec la perdrix se remarquent surtout au niveau de la forme de la tête et du bec. Il possède aussi des pattes puissantes qui permettent de gratter le sol pour trouver la nourriture comme la perdrix ou même le coq d’élevage (même famille). Son aire de distribution est la même que celle de la perdrix.
Il y a un dimorphisme sexuel entre le mâle et la femelle; les jeunes ressemblent à la femelle avec une queue plus courte.
   
   
   
   
   
   
   
             
   
Entre la rue des Bois Blancs et la rue du Halage, se situe le milieu qui lui convient le mieux, puisqu’il y a à la fois un bois pour se cacher et des pâtures ou des friches pour se nourrir. Si vous le surprenez, il s’envolera bruyamment et vous sursauterez à coup sûr !
   
           
           
      - Papillons de Septembre      
   
Dès que le soleil fait son apparition, vous remarquerez un peu partout que le nombre de papillons augmente ; En voici trois que j’ai photographiés dans le boisement de l’ancien bassin de décantation V.N.F. Ils seront visibles jusqu’à fin octobre.
   
             
   

Le Tircis : (parage aegeria) - Lépidoptère de la famille des Nymphalidés-papillon diurne

   
    Ce petit papillon (4cm d’envergure), très courant, se rencontre par contre surtout à la lisière des bois, dans les chemins forestiers ou dans les clairières ensoleillées. Il est le plus souvent près du sol, comme sur la photo. Brun à taches jaunes, vous le reconnaitrez facilement : il possède un rond noir à centre blanc sur l’aile antérieure et trois sur l’aile arrière.    
             
       
             
       
             
   

Le Paon du Jour : (Inachis io) - Lépidoptère de la famille des Nymphalidés-papillon diurne

   
    Un peu plus grand que le précédent (5,5 à 6cm d’envergure) c’est sur les fleurs qu’on le voit le plus souvent. Sa couleur et les quatre ocelles bleues marquées de jaune, qui font penser à celles du paon, empêchent toute confusion et permettent une identification facile.    
         
       
         
       
         
   

Le Vulcain : (vanessa atalanta) - Lépidoptère de la famille des Nymphalidés-papillon diurne- Migrateur.

   
    A peu près de la même envergure que le précédent, le noir domine et le rouge taché de blanc en ressort d’autant plus ! Vulcanus étant le dieu du feu, des volcans et de la forge, on comprend mieux son nom !
Il se pose sur les fleurs, mais aussi sur les fruits sucrés tombés au sol (pommes, poires). Si vous avez des fruitiers, c’est sûr, vous le verrez chez vous. Il se différencie des précédents par le fait qu’il est migrateur.
   
             
       
             
       
           
           
      Les insectes pollinisateurs      
             
   
En cette fin d’été, je vous présente quelques insectes pollinisateurs. Certains sont remarquables et n’ont fait l’objet que d’une rencontre unique, d’autres, plus communs, sont visibles partout où il y a des fleurs sauvages.
Le monde des insectes a une importance bien mal connue.
Ceux que je vous montre, contribuent activement à la reproduction des plantes à fleurs. Ils sont aussi les alliés du jardinier, car les études ont démontré que leur action augmente sensiblement la production (arbres fruitiers et certaines légumineuses).
Ils sont aussi un maillon de la chaîne alimentaire dont dépend nombre d’oiseaux ou de mammifères. Leur régression a de quoi nous alarmer, d’autant que ce phénomène est mondial.
Nos jardins constituent une alternative très intéressante, quelques photos ont été prises dans le mien.
   
    Quatre familles d’insectes contribuent à la pollinisation :    
   

Les coléoptères (coccinelles….) occasionnellement
Les lépidoptères (papillons) le jour ou la nuit
Les diptères (mouches, syrphes)
Les hyménoptères (abeilles, bourdons, guêpes, etc..)
Pour en savoir plus :
*Les insectes pollinisateurs (OPIE>office pour les insectes et leur environnement)
André Prouveau Edition : Delachaux et Niestlé Collection : La bibliothèque du naturaliste

*Les insectes amis de nos jardins
Vincent Albouy Edition: Edisud
*Ouvrages disponibles en MEDIATHEQUE MUNICIPALE DE BETHUNE

   
             
   
   
             
   
   
             
   
   
             
   
   
             
   
   
             
   
   
             
   
   
             
   
   
             
   
   
             
   
   
             
           
             
           
    - Chevalier guignette (actitis hypoleucos)      
   
   
             
       
             
       
             
    La famille des chevaliers est haut perchée sur de longues pattes, ce nom leur a été attribué par comparaison aux nobles guerriers perchés sur leur cheval.
Ce petit oiseau est de passage régulier au printemps et à la fin de l’été, celui-ci va s’intensifier en septembre, il rejoint l’Afrique où il hiverne.
On peut le voir le long du canal, en particulier du pont d’Hinges à celui de Mont Bernenchon, i l affectionne particulièrement ce secteur car il peut courir sur les plaques de béton en pente où il trouve sa nourriture.
Trois individus sont actuellement présents.
Autre chevalier observé en vol : quatre chevaliers arlequin le 17/08/11 au Pacault.
   
           
           
    Traquet motteux (Oenanthe Oenanthe)      
   
   
   
   
             
       
             
   
Il doit son nom au traquet du moulin, morceau de bois qui passe à travers la trémie et qui , actionné par une corde, fait tomber le blé sous la meule avec un bruit de choc répétitif, lequel ressemble au cri de l’oiseau : « tek-tek » ou « trek-trek ».
Quant à « motteux » il reflète l’habitude que l’oiseau a de se poser sur les mottes pour chasser les insectes (dans le prolongement de la rue d’Enfer).
Lorsqu’il s’envole, on remarque le croupion et la queue blanche avec une barre terminale noire et un trait noir au milieu de la queue qui dessine un T à l’envers.
Cette caractéristique demeure en tout car le plumage varie selon l’âge, le sexe et la saison .
Cet oiseau niche jusqu’au Groenland et hiverne aussi en Afrique ; une petite population
se reproduit dans le Pas-de-Calais en Baie d’Authie, dans les dunes.
Le meilleur moment pour l’observer est tôt le matin ou en fin d’après-midi.
   
           
           
  Epeire diadème (Araneus diadematus)      
   
Femelle 12mm-mâle 8mm
Espèce visible de la fin de l’été jusqu’en automne.
Il lui faut environ une heure pour construire sa toile et 20m de fil pour un diamètre de 40cm.
Lorsqu’elle est abîmée, elle est obligé de la tisser (économe !).
Son piège est redoutable, comme vous le voyez sur la photo, il retient même le criquet
qui a pourtant de solides pattes postérieures.
   
             
       
             
       
     
         
 
Epeire fasciée (Argiope bruennichi)      
   

Son camouflage jaune et noir lui permet de rester au milieu de sa toile, tête en bas, sans se faire remarquer de ses victimes.
Moins abondante que la précédente, je l’ai trouvée dans un fossé en prolongement de la rue d’Enfer, juste après la ferme.
Sa toile a une particularité remarquable : un « stabilimentum » sorte de zig-zag blanc, destiné à stabiliser et renforcer la toile.
Elle peut ingérer jusqu’à quatre sauterelles par jour, ses victimes sont mouches criquets, etc…
400 espèces d’araignées ont été répertoriées à ce jour dans la région, mais on estime leur nombre à 700/800.

   
 
 
       
         
           
  Le galéga (galega officinalis)[Fabacée]      
    Le galéga, robuste et buissonnant, s’étend sur une centaine de mètres, côté canal. C’est une plante proche du pois, ses fleurs sont soit entièrement blanches, soit roses, soit violettes clair, soit bicolores comme le montrent les photos.
Elle est connue pour ses vertus médicinales (diurétique, fait baisser la fièvre, favorise la lactation chez la femme enceinte). Elle peut toutefois devenir toxique à forte dose et même mortelle pour le bétail.
   
             
       
     
       
           
         
           
    Mélilot jaune (melilotus officinalis) [Fabacée]      
    Le mélilot jaune porte des feuilles divisées en trois folioles ce qui est inhabituel chez les fabacées (famille du pois). Les petites fleurs sont disposées en épis comme la précédente.
Il existe plusieurs pieds espacés et séparés, leur hauteur est modeste du côté fossé surtout, de l’autre côté, le long des champs la hauteur atteint au moins 1,50m ; les plantes sont en fruits, de couleur brun, et forment un massif de plusieurs centaines de mètres.
Cette plante attire les abeilles
Floraison : juillet à septembre
   
             
       
           
 
 
       
    Mélilot blanc (Melilotus albus) [Fabacée]    
    Encore en fleur, bien que la floraison s’étende de mai à août.
Un seul pied côté canal, mais géant : hauteur d’homme.
Son fruit est noir, en séchant la plante dégage une odeur rappelant celle de l’aspérule odorante.
Epiaire des marais (Stachys palustris) [Lamiacée]
Quelques pieds seulement à côté du pont d’Hinges en arrivant de la friche.
La corolle est rouge clair avec des traits plus foncés sur la lèvre inférieure.
C’est une plante des milieux humides : fossés, marais, etc….
   
           
       
 
             
       
    Epiaire des marais (Stachys palustris) [Lamiacée]      
    Quelques pieds seulement à côté du pont d’Hinges en arrivant de la friche.
La corolle est rouge clair avec des traits plus foncés sur la lèvre inférieure.
C’est une plante des milieux humides : fossés, marais, etc….
   
             
 
   
             
             
             
             
             
             
         
             
 
         
             
             
             
           
         
             
           
       
           
     
           
       
           
           
           
           
           
     
           
       
           
           
           
           
       
         
     
           
     
           
   
             
           
       
             
     
     
 
 
           
           
 
         
 
 
La nature au fil des saisons