La nature au fil des saisons - OCTOBRE 2016

  - Ambrette commune (Succinea putris)    
    - La Bryone dioïque (Bryonia dioica)    
    - La mouche hirsute (clogmia albipunctata)    
    - Picride fausse vipérine (Picris echioides)    
    - Tenthrèdre de la scrofulaire (larve) ( Tenthredo scrofulariae)    
         
         
         
 
La nature au fil des saisons      
             
         
      Ambrette commune (Succinea putris)
      Ordre : Stylommatophora – Famille : Succineidés
       
   
C’est un escargot terrestre contrairement à ce que pourrait faire croire son autre nom « Ambrette amphibie » ;il ne fréquente que les endroits humides et c’est près d’une mare de chasse que j’ai réalisé ma première observation pour le village. Il sort plus facilement par temps humide ou pluvieux et se tient à 30/50 cm du sol sur les feuilles des plantes aquatiques.
Par contre, il pond au sol ou sur les feuilles tombées et mouillées. Comme les autres escargots, il est hermaphrodite. Il passe l’hiver dans le sol sous le tapis de feuilles mortes. Sa longévité est de 3 ans environ.
Sa coquille mince, fragile et translucide a la couleur de l’ambre, d’où son nom ! Elle peut varier en couleur et être plus sombre.
Il existe trois espèces voisines :
• Oxyloma elegans-Ambrette élégante
• Oxyloma sursii
• Oxyloma dunkeri
 
     
             
 
             
 
 
         
 
   
 
           
      La Bryone dioïque (Bryonia dioica)    
      Famille : Cucurbitacées  
          
   
Voici une plante originale à plus d’un titre : Ses fleurs sont blanc-verdâtre, les fleurs mâles et femelles poussent sur des plantes séparées (= dioïque), grimpante, elle atteint 2 à 3 m de longueur. Les feuilles sont découpées en 5 lobes arrondis et rappellent celles du figuier.
La plante fleurit de mai à septembre, mais cette année on peut encore la voir en octobre. Les fruits sont des baies rouges toxiques qui apparaissent sous les fleurs femelles uniquement.
La bryone dioïque est la seule représentante sauvage de sa famille. Elle préfère les sols calcaires et ne poussent pas sur la façade atlantique de la France. On la trouve dans nos haies, dans les broussailles au bord du bois, dans les buissons qui bordent les chemins ;courante, elle n’est toutefois pas très répandue.
 
             
 
             
 
             
 
             
 
             
 
             
 
             
             
         
      La mouche hirsute (clogmia albipunctata)    
      Ordre : Diptères – Famille : Psychodidés    
             
   
A première vue, on dirait un petit papillon nocturne, en regardant de plus près on s’aperçoit qu’il n’a que deux ailes, c’est donc un diptère comme la mouche domestique. Ce qui induit en erreur, c’est la pilosité importante de l’insecte sur le thorax. Les ailes ont des petits points blancs (albi…blanc, punctata…points).
Les larves de ces moucherons vivent dans les eaux usées des égouts, fossés, etc , riches en matières organiques. A cette époque, les adultes se rapprochent des maisons et cherchent à y pénétrer. Lorsqu’ils y parviennent, ils rejoignent aussitôt les éviers ou lavabos, les pièces humides.
 
   

 
 
 
 
 
             
 
             
             
 
             
      Picride fausse vipérine (Picris echioides)    
      Famille : Astéracées    
             
   
Particulièrement abondante le long des champs, dans les fossés où les terrains herbeux, elle côtoie le laiteron des champs qui lui ressemble beaucoup.
Voici quelques critères infaillibles qui permettent, même au néophyte, de la reconnaître. Les feuilles sont couvertes de petites verrues blanches avec un poil qui darde en leur milieu. Les tiges sont également recouvertes de soies râpeuses. Le laiteron des champs a les feuilles lisses.
Comme le pissenlit (de la même famille), les têtes florales sont composées de fleurons jaunes. En pied, la plante mesure 40 à60 cm de hauteur. En octobre, certaines sont en fruits ; c’est alors une boule blanchâtre d’akènes surmonté d’un « papus » que le vent disséminera aux alentours.
Considéré comme mauvaise herbe, elle n’est ni protégée, ni menacée. Elle fleurit de juin à octobre.
 
             
 
             
 
             
 
             
 
         
 
       
 
 
           
      Tenthrèdre de la scrofulaire (larve) ( Tenthredo scrofulariae)  
      Ordre : Hyménoptères – Famille : tenthrèdinidés
             
   
Fausse chenille découverte ce mois sur la dite plante. Rappelons qu’elle possède huit paires de fausses pattes; les chenilles vraies de papillon en possèdent au maximum 5 paires.
L’adulte ressemble à une guêpe par ses couleurs noire et jaune, mais n’a pas une « taille de guêpe » ! (voir la tenthrède de la menthe, très ressemblante> mois de septembre). La femelle pond ses œufs dans la tige de la scrofulaire à l’aide d’un ovipositeur en forme de lame de scie qui lui permet de découper une fente.
             
 
             
 
             
 
         
 
 
La nature au fil des saisons