La nature au fil des saisons - OCTOBRE 2015

  - Chenille de la Noctuelle Psi (Triaena psi)    
 
- Les galles du chêne (Cypnis quercusfolii & cypnis divisa)    
    - Le tabouret des champs ( Thlaspi arvense)    
    - Le leste vert (Lestes viridis)    
         
         
 
La nature au fil des saisons      
           
             
      Chenille de la Noctuelle Psi (Triaena psi)
      Ordre : Lépidoptères – Famille : Noctuidés
       
   
Le papillon est de teinte grise avec des dessins noirs qui rappellent la lettre grecque psi : ?'. Avant d’atteindre le stade adulte, le papillon fait l’objet de métamorphoses. Le stade de l’œuf est le premier ; vient ensuite celui de la chenille qui est polyphage. Les plantes hôtes sont Le saule marsault, l’aubépine, le bouleau, le charme commun, Le hêtre, le noisetier coudrier et de nombreux arbres fruitiers ou forestiers si bien qu’on la trouve partout, même dans les jardins.
Le papillon est visible de mai à juin puis de août à septembre. La chenille, en ce moment, aux couleurs de l’automne, rouge et jaune surtout. La métamorphose suivante se déroule pendant l’hiver à l’état nymphal : elle a lieu dans le bois vermoulu ou au sol dans un cocon de couleurs grise, aux couleurs de l’hiver.
 
     
             
 
 
         
 
             
       
 
      Les galles du chêne (Cypnis quercusfolii & cypnis divisa)    
      Ordre : Hyménoptères – Famille : Cynipidés    
             
   
Les petites boules (galles) aux couleurs de l’automne à la face inférieure des feuilles de chêne sont dues à des insectes de la famille des abeilles, guêpes ou bourdons... Elles abritent les larves de Cynips. En hiver, une Cynips femelle émerge d’une chrysalide et uniquement une femelle*. Elle perfore la paroi de la galle d’un petit orifice. Au printemps, elle pondra des œufs non fertilisés sur les bourgeons d’un chêne. Une galle très différente se forme là encore. En mai/juin des guêpes cette fois sexuées naissent de ces galles et le cycle recommence.
 
     
     
      *consulter : la reproduction asexuée>Parthénogénèse, définition.    
 
 
 
 
   
 
   
   
             
   
           
      Le tabouret des champs ( Thlaspi arvense)    
      Famille : Brassicacées (ex Crucifères)    
             
   
Quand le ciel devient de plus en plus souvent gris, que la campagne après fauchage n’arbore plus que le vert de l’herbe, cela fait énormément de bien de voir une plante encore fleurie d’autant que sa floraison est normalement terminée : les guides d’identification indiquent de mai à août /fin septembre. Nous sommes mi-octobre et elle est toujours là ?
La reproduction est si rapide chez cette plante qu’on peut voir en même temps sur la tige les fruits mûrs et les nouvelles fleurs. Les fruits arrondis en forme de « pièces de monnaie » sont ailés ; la plante la plus ressemblante de la famille est la bourse à pasteur (voir 05/2013) mais ses fruits sont en cœur triangulaire. Pour les fleurs blanches la plante la plus ressemblante est la passerage drave (voir au 04/2014).
La plante appartient à la famille du chou. C’est dire que ses fleurs ont quatre pétales disposés en croix (crucifère l’indiquait nettement). Elles sont blanches. La famille compte d’autres représentants à fleurs jaunes et présents dans le village : le vélar et la roquette, le colza aussi, échappé de culture. Comme ce dernier, la tige et les feuilles du tabouret des champs sont oléagineuses.
 
     
             
 
   
 
   
   
 
      Le leste vert (Lestes viridis)    
      Ordre : Odonates
     
sous ordre :
Zygoptera (demoiselles) - Famille : Lestidés  
   
   
Pour les libellules, octobre est le mois fatidique où les adultes (imagos) peuvent être observés à ce stade : la reproduction assurera la relève pour l’année prochaine. Pour notre leste vert, les femelles ont inséré leurs œufs sous l’écorce des saules et les branches pendantes au dessus de l’eau.
Les deux sexes sont de couleur vert métallique. Au repos, contrairement aux autres demoiselles, les ailes sont écartées au dessus de l’abdomen (les demoiselles les ont jointes au dessus de l’abdomen). Il est plus grand que les autres lestes avec ses 4 à 5 cm de longueur.
Pour le différencier des autres lestes verts, les petites taches au bord des ailes (ptérostigmas) sont jaunes à brun clair et les yeux ne sont pas bleus comme chez le leste dryade.
Vous pouvez le contempler autour des mares du bassin VNF.
 
   
 
 
 
   
 
   
 
             
 
             
             
       
             
 
             
 
             
 
             
 
         
 
         
 
 
La nature au fil des saisons