La nature au fil des saisons - OCTOBRE 2014

  - La Stellaire aquatique (Myosoton aquaticum)    
 
- Martin- pêcheur d’Europe (Alcedo atthis)    
    - La tipule des potagers(ou du chou) –(Tipula oleracea)    
    - Le Tarier des prés (Saxicola rubetra)    
    - Brunelle commune (Prunella vulgaris ou Brunella vulgaris)    
         
         
         
 
La nature au fil des saisons      
           
             
      La Stellaire aquatique (Myosoton aquaticum)
      Ordre : Caryophyllales – Famille : Caryophyllacées
      Synonymes : Céraiste d’eau – Céraiste aquatique
   

Sa floraison tardive la différencie des autres stellaires ou céraistes. La fleur possède 5 pétales échancrés presque jusqu’à leur base, si bien qu’on a l’impression d’en voir 10. Ils sont plus longs que les sépales verts (détail important pour l’identification). Elle a 10 étamines bleuâtres (non jaunes) et 5 styles blancs. La plante pousse dans les endroits humides, le bord des fossés dans le village. La floraison commence en juin pour se terminer en octobre. Ses fleurs en forme d’étoile (d’où le nom) sont nombreuses. Elle s’ouvrent au soleil et se ferment en son absence.
 
     
             
 
 
         
 
 
 
 
 
             
       
 
      Martin- pêcheur d’Europe (Alcedo atthis)      
      Ordre : Coraciiformes – Famille : Alcenidés      
             
   
Ses couleurs aux reflets bleu métallique font de lui l’un des plus beaux oiseaux d’Europe. On le rencontre perché sur une branche dénudée à quelques centimètres au-dessus de l’eau du côté du pont d’Hingette, ou encore sur un piquet dans les pâtures avoisinantes en train de guetter les petits poissons dont il se nourrit. Il capture aussi des insectes aquatiques (notonectes à 40 %),des crustacés ou des batraciens (têtards). Il rejoint souvent les courants lents par la rue des Bois blancs ou à travers champs. C’est alors une petite flèche bleue qui parcourt son territoire de pêche à grande vitesse. Petite précision concernant le plumage : le bleu est une couleur physique résultant de la diffraction de la lumière à travers une couche transparente ou translucide comme pour l’arc-en-ciel où la lumière traverse les gouttes de pluie. Au cœur d’un buisson, cette couleur disparaît et l’oiseau devient difficile à repérer. La femelle se distingue du mâle au niveau du bec: le mâle l’a entièrement noir, la femelle a la mandibule inférieure rouge à pointe noire. Sans être vraiment menacée, la population de martins-pêcheusr est en régression en Europe. Les hivers rudes sont leur principal ennemi ; le gel le prive de pêche et par conséquent de nourriture ! Une autre cause est la pollution des rivières, les canalisations, les drainages qui troublent l’eau, car cet oiseau pêche à vue.
 
     
     
   
 
 
     
 
         
 
 

           
 
  La tipule des potagers(ou du chou) –(Tipula oleracea)
      Ordre : Diptères – Famille : Tipulidés      
             
   
Voici la saison où l’espèce se rapproche des habitations. On le trouve sur les murs, les fenêtres et si l’occasion se présente, il pénètre à l’intérieur des maisons. Son aspect n’a rien de flatteur : ses longues pattes font penser à celles des faucheux (araignées) : c’est son surnom. Elles lui donnent une drôle d’allure en vol. Si on le touche, elles cassent. L’autre nom, plus connu, est « cousin ». Il existe plusieurs espèces et je vais vous donnez à travers mes photos, les critères permettant l’identification de l’espèce décrite. Ce grand moustique ne pique pas. Il se nourrit à peine à l’état adulte: il suce le nectar et les liquides des tiges de plantes. Par contre, sa larve, lorsqu’elle se rencontre en grand nombre, cause des dégâts aux racines des plantes (cultures ou plantes sauvages). Les moustiques sont des diptères comme les mouches ou les syrphes. Leur point commun est : une paire d’ailes. La seconde paire d’ailes aurait pris au cours du temps la forme de balanciers (voir photos).
 
 
         
 
 
 

       
 
   
 
   
 
 
 
   
 
 
 
 
 

 

   
      Le Tarier des prés (Saxicola rubetra)      
      Ordre : Passériformes – famille : Muscicapidés      
             
   
Visiteur d’été, cet oiseau hiverne en Afrique. Il a fait une halte à Hinges et j’étais au bon endroit au bon moment. Il ressemble au tarier pâtre qui lui niche dans le village, tout au moins à la femelle de cette espèce. Il s’en distingue par un sourcil blanc et des marques blanches à la base de la queue (visibles seulement en vol). Il habite les prairies à foin pourvues de perchoirs pour chanter: arbustes, piquets de pâture, plantes hautes. Il bâtit son nid au sol dans une touffe d’herbe. Si la fenaison est précoce(en mai), le nid est détruit. Le problème ne se pose pas chez nous car on ne le voit qu’au passage, au printemps et en automne, normalement septembre. Sa nourriture est constituée d’insectes et d’araignées qu’il capture au sol.
 
         
 
         
 
   
 
   
 
             
 
  Brunelle commune (Prunella vulgaris ou Brunella vulgaris)      
      Ordre : Lamiales – Famille : Lamiacées      
 
         
   
Cette plante fleurie très commune n’est pourtant pas très répandue dans le village puisque je n’ai à ce jour trouvé que deux pieds isolés, alors qu’ailleurs, elle pousse en massifs serrés. Les photos montrent la couleur habituelle, mais on peut trouver, plus rarement, des fleurs roses, mauves, ocres ou même blanches. Les fleurs sont disposées en épi, chacune d’elles séparée par des bractées (petites feuilles à la base des fleurs) de couleur sombre. La forme est celle des lamiacées (voir lamier blanc) : une longue lèvre supérieure en casque au-dessus d’une lèvre inférieure trilobée. La floraison s’étale de juin à novembre. Son habitat, les milieux herbeux. La brunelle est une plante médicinale aux multiples indications thérapeutiques.

 
           
 
   
 
   
 
   
 
   
   
   
 
 
 
 
La nature au fil des saisons