La nature au fil des saisons - OCTOBRE 2011

  - Le hérisson (Erinaceus europaeus)    
         
    - Galinsoga cilié (Galinsoga ciliata)    
         
    - Le geai des chênes (garrulus glandarius)    
       
    - Les grives :    
    -- La grive musicienne (turdus philoscopus)    
    -- La grive mauvis(Turdus iliacus)    
    -- La grive draine(Turdus viscivorus)    
    -- La grive litorne(Turdus pilaris)      
         
    - Rougegorge familier    
         
   
     
             
             
 
La nature au fil des saisons      
             
           
      Le hérisson (Erinaceus europaeus)      
             
             
   
Ce sympathique mammifère avec ses nombreux piquants, s’est doté d’un moyen de défense original. Il bénéficie également d’un statut de protection. Malheureusement, le hérisson rencontre de nombreux problèmes qui réduisent sa longévité (jusqu’à 10 ans). La plupart d’entre eux ne dépassent pas deux ans. Beaucoup sont victimes de la circulation routière, d’autres sont empoisonnés par les pesticides que nous employons contre les limaces. De nombreuses autres causes provoquent sa mort.
Si votre terrain n’est pas complètement fermé, il est fort probable qu’il traverse votre pelouse la nuit, en quête de limaces, escargots, vers de terre et nombre d’autres insectes dont il se nourrit.
A la fin de l’automne, il hiberne sous un tas de feuilles mortes ou dans un tas de bois, jusqu’en avril.
Pour tout savoir sur le hérisson :
2 excellentes fiches aux adresses suivantes :
champagne-ardenne.lpo.fr ou ecologie.nature.free.fr
   
             
 
   
     
         
   
   
           
    - Galinsoga cilié (Galinsoga ciliata)      
             
   
En ce début d’automne, les plantes fleuries diminuent. Je voudrais vous présenter celle- ci, très discrète car petite (5mm), mais aussi très originale. Son cœur jaune ressemble à une éponge et ses cinq pétales séparés se terminent par trois dents.
La plante est considérée comme « mauvaise herbe ». On la trouve actuellement Impasse du chemin vert, près d’un jardin et dans le prolongement de la rue d’Enfer, le long d’un champ de choux fleurs.
   
             
 

   
         
 
   
         
             
 
         
           
    - Le geai des chênes (garrulus glandarius)      
           
   
C’est un grand passereau de la famille des corvidés (corneille, corbeau, pie bavarde…), plus forestier que les autres, il se contente aussi des parcs en ville et des jardins arborés ailleurs.
Son plumage bigarré et ses cris rauques permettent une identification aisée. Son dos sombre se termine par un large croupion blanc bien visible lorsqu’il prend la fuite. Sa queue noire contraste avec son ventre beige rosé, ce qui attire l’attention, ce sont les magnifiques plumes bleues striées de noir et de blanc.
A la moindre approche, il donne l’alarme en poussant des cris rauques plutôt disgracieux; Il est capable d’imiter d’autres oiseaux, notamment la buse, et induire en erreur le promeneur inattentif.
Son vol est particulier, ses ailes courtes et arrondies ne lui permettent pas un vol aisé comme celui de la corneille ou du choucas des tours, habitués aux grands espaces.
Comme tous les corvidés, il a un régime omnivore, en automne, il fait provision de glands et de faînes de hêtres qu’il cache sous la mousse dans la terre. Plus tard en hiver, malheureusement, il est souvent incapable de les retrouver surtout lorsque la neige recouvre le sol.
Vous pouvez observer ce comportement en ce moment, le long du canal, entre le pont d’Hingette et celui d’Avelette.
   
       
       
       
       
       
       
       
       
   
   
 
   
   
   
 
   
   
   
 
   
   
   
 
   
   
   
           
   
   
             
   
   
             
   
   
    Les grives :      
             
             
      La grive musicienne (turdus philoscopus)      
         
   
C’est la plus commune et la plus connue, car elle fréquente nos pelouses et nos jardins. Insectivore , son menu préféré est l’escargot (petit gris et escargot des bois).
Après capture, elle emmène sa proie près d’un caillou ou d’ un pavé, où elle casse la coquille, elle y revient à chaque proie ,de sorte qu’on découvre un tas de coquilles brisées. Cet endroit se nomme « forge ».
Le lombric est souvent réservé à la nichée, la grive secoue celui-ci pour le réduire en petits morceaux qu’elle transporte au nid (photo).
   
             
 
   
             
         
             
   
   
           
    La grive mauvis(Turdus iliacus)      
   
Elle a la même taille que la grive musicienne. En été, elle vit dans les forêts de conifères du Nord de l’Europe. Lorsqu’on l’observe de près, elle s’en distingue par un sourcil blanchâtre au dessus de l’œil, des flancs couleur rouille et en vol une couleur rouge brique sous l’aile (ocre chez la grive musicienne).
Son cri de contact en vol est également différent: il ressemble à un sifflement prolongé, alors que celui de sa cousine ressemble au déclic sec et bref d’un stylo bille (écoutez sur Oiseaux.net)
On voit actuellement passer des petits groupes de cet oiseau.
   
   
   
 
   
             
         
             
         
           
    La grive draine(Turdus viscivorus)      
         
   

Elle ressemble beaucoup à la grive musicienne, mais on ne peut la confondre, car elle est plus grande (juste plus petite qu’une tourterelle turque). Au sol, elle se tient droite, tête dressée.
Son cri de contact est également différent des précédentes. En vol, il permet donc de l’identifier à coup sûr : il ressemble au bruit de fils électriques qui se touchent,(tr-r-r-r,)roulé et sec à la fois.
En l’air, le corps et le dessous paraissent blanc nacré.
Si les grives nordiques migrent, cette espèce se reproduit en France et ici on peut la voir au Pacault, là où il y a de grands arbres, dès le printemps venu.

   
             
 
 
 
             
       
     
      La grive litorne(Turdus pilaris)    
   

Par rapport aux trois précédentes, elle a un plumage très différent: tête et croupion gris, ailes brunes foncées, queue noire, dessous clair, il paraît contrasté.
Son cri en vol est un tjak-djak qui ressemble en plus court au jacassement de la pie.
On la verra pendant l’hiver dans les pâtures à la recherche de vers de terre, et ce, en troupes nombreuses, en automne elle améliore son menu de baies et de fruits tombés au sol (il faut savoir que d’hydratant en été , les baies subissent une transformation chimique en automne, qui les rend plus concentrées en sucre, donc plus énergétiques).
     
         
 
 
         
         
             
             
             
             
    Rougegorge familier (Erithacus rubecula) (Famille des turdidés)      
 
Nul besoin de décrire cet oiseau que chacun reconnaît, mais le connait-on vraiment ?
Et pourquoi en parler maintenant ?
C’est que depuis début octobre, on le remarque partout dans le village et en grand nombre.
Les oiseaux nordiques et même ceux de Belgique viennent grossir les effectifs de rougegorges français.
Si sympathique à nos yeux (second, après les hirondelles), il est néanmoins très belliqueux à l’encontre de ses congénères, les combats sont sanglants et parfois mortels.
Voici une anecdote personnelle : un automne, un rougegorge s’est posé sur mon appui de fenêtre de garage en quête de quelques araignées, à la vue de son image dans la vitre et croyant voir un concurrent, il s’est mis à donner des coups de bec pendant de nombreuses minutes, et ce, jusqu’à saigner du bec.
     
     
             
    Il appartient à la même famille que le merle (turdidés). Il se nourrit de la même façon que lui, au sol, son bec sélectionne des proies plus petites, de sorte qu’il n’entre pas en concurrence avec lui et peut ainsi fréquenter la même pelouse en hiver par exemple.    
    Une autre particularité, il chante toute l’année alors que les autres oiseaux ne chantent qu’à la période de reproduction, c ’est à dire au printemps, de plus ,les femelles chantent aussi. Pour toutes les autres espèces, le chant est réservé aux mâles.
   
         
           
         
             
           
         
             
         
           
 
 
         
         
         
           
         
 
             
         
 
 
La nature au fil des saisons