La nature au fil des saisons - NOVEMBRE 2011

     
    - Le vanneau huppé (vanellus vanellus)    
    - Le Busard Saint- Martin (Circus cyaneus)    
    - Deux chrysomèles    
    - Champignons    
    - La tourterelle turque    
    - L’étourneau sansonnet    
         
         
         
           
         
         
         
   
     
             
             
 
La nature au fil des saisons      
             
      Regroupements automnaux
     
      A cette saison, les sources de nourriture se raréfient, pour cette raison, plusieurs espèces d’oiseaux modifient leur comportement: ils se rassemblent en groupes nombreux et parcourent les champs et les pâtures à la recherche de graines ou d’invertébrés.
Deux espèces ont attiré mon attention ce mois-ci : la tourterelle turque et l’étourneau sansonnet.
     
         
             
      - La tourterelle turque (Streptopelia turtur)      
    Originaire d’Asie, elle est apparue en France en 1950.Depuis elle a progressé jusqu’au cercle polaire dans les pays scandinaves, son aire de distribution couvre tout l’Ancien Monde.
Au début du mois un rassemblement s’est effectué dans la rue froide, près de la ferme, et dans l’impasse du chemin vert. Il regroupait une quarantaine d’oiseaux. L’année dernière, une soixantaine de tourterelles évoluaient autour de la ferme, rue d’Enfer. (photo). Pas étonnant quand on sait que cet oiseau est granivore et que les maïs étaient coupés.
     
             
 
             
 
             
         
             
      - L’étourneau sansonnet (sturnus vulgaris)      
    Les étourneaux français voient leurs effectifs grossis par l’arrivée des migrateurs du Nord et de l’Est au mois d’octobre/novembre, omnivore, ils fréquentent tout milieu bas. Je les ai surpris dans un champ fraîchement labouré, en quête de vers de terre et autres invertébrés. En gros plan, on constate que son plumage d’hiver est différent de celui d’été: il est noir, avec des liserés blancs/chamois aux plumes et son bec n’est plus jaune.      
             
 
             
 
             
 
             
           
    - Le vanneau huppé (vanellus vanellus)      
           
   
C’est un limicole qui se nourrit dans le limon de nos côtes et à l’intérieur des terres dans les champs et pâtures humides. Il fuit les vagues de froid qui gèlent le sol et le privent de nourriture; par contre, dès le moindre redoux, il remonte vers le Nord.
Le 10 novembre 2011 un groupe de 160 oiseaux environ s’est posé le matin et un autre de 58 vers le soir a passé la nuit du côté de la Pannerie.
A cette époque, il paraît noir et blanc. En vol, le battement des ailes ressemble à un clignotement noir et blanc. Au printemps, le plumage est irisé au soleil et la tête est ornée d’une huppe.
Quelques couples nichent à Hinges (maxi>6 couples) lorsque les champs ont une culture basse qui permet d’élever la nichée.
Le jeune vanneau est nidifuge (il nait emplumé, voit dès la naissance et peut quitter le nid au moindre danger dès la naissance).
D’autres limicoles ont été observés: bécassine des marais, pluviers dorés.
 
             
 

             
 
 
         
   
   
 
           
 
   

   
 
 

 

   
         
 
   
         
             
 
         
           
         
      Le Busard Saint- Martin (Circus cyaneus)      
   
C’est un rapace qui se nourrit de rongeurs et de petits oiseaux. Il arrive chez nous autour de la Saint Martin, ce qui lui a valu son nom. Il repartira en mars.
Première observation le 7 novembre au soir, la seconde le 10 au Pacault, posé dans un champ.
Dans les deux cas une femelle.(Voir photo)
Le mâle est gris avec le croupion blanc, la femelle a le dessus brun avec le croupion blanc.
Si l’on trouve des busards St Martin dans toute l’Europe, l’Asie, le Canada, les Etats Unis d’Amérique
et même au nord de l’Amérique du sud, il est très localisé.
Il y a quarante ans, ses sites de reproduction ne dépassaient pas une ligne allant de Nantesà Metz.
   
       
       
       
       
       
       
       
       
   
   
 
   
   
 
   
   
   
 
   
   
   
 
   
   
   
           
   
   
             
   
   
             
   
   
    - Deux chrysomèles      
             
    Les chrysomèles sont des petits coléoptères de la famille des chrysomélidés. Elles sont des parasites des feuilles qu’elles dévorent. Deux espèces ont été présentes tout l’été dans mon jardin .Chacune ne parasite qu’une plante ou une famille de plantes. Quelques individus sont encore présents, sans doute suite aux températures clémentes qui ont persisté jusqu’à mi- novembre.  
             
      La chrysomèle de la menthe (chrysolina herbacea)      
      Variante bleue      
    En nettoyant le jardin, j’en ai compté 117 ; lorsqu’un individu dévore une feuille, il ne la quitte que lorsque celle- ci est entièrement dévorée. Heureusement, la menthe est envahissante et il m’en est resté pour le thé et le taboulé !!! L’espèce s’attaque aux différentes menthes, notamment la menthe aquatique et la menthe à feuille  
   
 
 

      Variante verte      
 
   
      Je ne l’ai pas rencontrée à Hinges, mais à la gare d’eau de Beuvry.      
         
 
   
   
         
         
   
La chrysomèle américaine (chrysolina americana)
   
    Ou chrysomèle du romarin et de la lavande
Comme l’indique son nom, on la trouve sur ces plantes, mais aussi sur le thym. Ses élytres sont rayés de bandes vertes et de bandes rouges à pourpres métalliques. Contrairement à l’espèce précédente, ses dégâts sont modestes et le nombre d’individus très faible (inférieur à 10).
C’est une espèce très commune de mai à septembre.
   
 
             
         
             
 
 
         
         
             
             
             
             
         
 


     
      Coprin chevelu (coprinus comatus)      
             
    En novembre, les plantes fleuries ont presque disparu . Elles font place aux champignons dont la partie visible et aérienne a la même fonction que la fleur : la reproduction. Je l’ai aussitôt photographié car sa vie aérienne est si éphémère que le lendemain il avait déjà perdu toute sa beauté.
En effet, comme tous les coprins, sa chair est déliquescente, c'est-à-dire qu’elle se liquéfie à maturité. Ses lames deviennent toutes noires et coulent, c’est pourtant un champignon comestible qu’il faut cueillir dès son apparition hors terre.
C’est un fumicole lié à l’activité humaine (fumier, crottes, bois pourri). On ne l’a jamais domestiqué sans doute à cause de sa vie éphémère.
   
         
 
           
 
           
 
           
         
      Un polypore      
    Mes compétences ne me permettent pas d’identifier tous les champignons mais je ne peux m’empêcher de vous montrer ce magnifique polypore qui indique que l’arbre qu’il parasite est en mauvaise santé.
Contrairement au précédent, sa vie va durer, et son âge, comme pour l’arbre, pourra être déterminé au nombre de stries annuelles.
Son chapeau sessile de grande taille indique aussi qu’il appartient sans doute aux famille des Fomes, des Fomitopsis ,des Laricifomes ou des Phellinus.
     
         
 
         
 
           
 
 
         
         
         
           
         
 
             
         
 
 
La nature au fil des saisons