La nature au fil des saisons - MARS 2013

       
 

 
  - La mésange à longue queue (Aegithalos caudatus)    
  - Le mouron des oiseaux (Stellaria media)    
 
- Accenteur mouchet (Prunella modularis)    
    - Brocadelle d'or    
    - Saule marsault    
         
         
         
         
 
La nature au fil des saisons      
           
      La mésange à longue queue (Aegithalos caudatus)      
      Ordre : Passériformes-Famille : Aegithalidés
     
   
Voici un oiseau qu’on ne peut confondre avec aucun autre : petite boule de 9g maximum avec une longue queue aux couleurs inhabituelles. En effet, le regard est tout de suite attiré par le rose, peu courant. Ensuite le blanc et enfin le brun qui tranche avec le noir plus habituel. Malgré le nom qui lui a été donné, il ne s’agit pas d’une véritable mésange et les progrès de la science ont montré qu’elle n’appartient pas à la même famille(les paridés). D’ailleurs elle construit un nid contrairement aux mésanges vraies qui nichent, elles, dans une cavité. Ce nid est un chef d’œuvre de construction : il est ovale (20x12cm), fermé, avec une ouverture latérale. C’est une boule de mousse et de lichen, camouflée par des morceaux d’écorce, des toiles d’araignées, des cocons d’insectes et garnie à l’intérieur par un nombre incroyable de plumes. Son bec court lui permet de se nourrir de petits insectes, de leurs larves et de leurs œufs. Elle capture aussi des invertébrés. Tout ce petit monde est délogé des fissures d’écorce ou encore, « cueilli » sur les feuilles (par exemple : les pucerons). Elle avale également des graines molles comme celles du fusain du Japon ou du chèvrefeuille. Dans sa quête de nourriture, elle se déplace en groupes familiaux qui dépassent souvent la dizaine d’individus et quitte rarement son territoire, sauf en hiver. Plusieurs familles peuvent alors se fondre et aller jusqu’à 7 km environ de leurs lieux habituels. La mésange à longue queue est présente de l’Europe au Japon et se décline en plusieurs sous-espèces.
 
     
     
           
 
 
 
 
             
         
      Le mouron des oiseaux (Stellaria media)      
      Ordre : Caryophyllales-Famille : Caryophyllacées      
             
   
Difficile de trouver une plante fleurie à cette époque, d’autant que la couverture neigeuse persistante n’a pas facilité les choses ! Le mouron des oiseaux encore appelé morgeline ou stellaire intermédiaire m’a sauvé la mise. Présente toute l’année, elle fleurit de mars à octobre et plus si la météo se montre clémente.
C’est une plante basse, gazonnante qui développe de petites fleurs en forme d’étoile d’où son nom « stellaire », stellaria en latin. Elles ont cinq pétales échancrés jusqu’à la base, si bien qu’on a l’impression d’en voir dix ! Mouron des oiseaux (à ne pas confondre avec mouron rouge) est dû à l’appétence quelle provoque chez ceux-ci :c’est le fruit qui est consommé. Cette plante est également comestible pour l’homme et donne une excellente salade, douce, pas amère qui contient calcium, silice, magnésium et vitamine C. Son principal ennemi est le papillon de nuit, la brocadelle d’or qui s’en nourrit.(Voir photo)
 
     
   
 
   
 
 
 
 
           
 

           
 
    Accenteur mouchet (Prunella modularis)
      Ordre : Passériformes-famille : Prunellidés      
   
Discret tout au long de l’année, on n’entend que lui en ce moment un peu partout dans le village. Son chant sonore et bref (2 secondes environ) est répété sans cesse au sommet d’un arbuste ou d’un arbre bas. Accenteur vient du latin « accentio » qui signifie « son appuyé » (qu’on retrouve aujourd’hui dans « accentué »), dans son nom scientifique le chant est évoqué également : « moludaris » signifie « mélodie », quant à « mouchet », il est à rapprocher de l’ancien verbe français « mucher » que nous avons d’ailleurs conservé dans notre patois et qui évoque l’idée de « se cacher ». En effet, il recherche les insectes au sol, très souvent à côté d’une haie, qu’il rejoint à la moindre alerte. On peut le voir toute l’année chez nous. Les individus des pays plus nordiques sont par contre migrateurs. On le trouve partout en France, au Royaume Uni et dans la moitié nord de l’Espagne ou de l’Italie. En montagne, il est remplacé par une autre espèce: l’accenteur alpin. Il construit son nid bas, dans un buisson touffu (moins d’un mètre cinquante) avec une préférence pour les conifères. Son plumage rappelle celui du moineau domestique mâle : comme lui il a le dos brun rayé de noir. Mais son bec est fin comme celui d’une fauvette et sa poitrine est grise sans plastron noir.
 
 
         
 
 
 
   
 
   
 
   
 

   
 
   
   
   
   
   
   
   
 
 

 

     
           
      Brocadelle d'or      
         
       
       
       
       
         
 
         
 
         
 
         
 
         
 
         
         
         
       
         
             
      Saule marsault      
         
         
 
   
 
   
 
   
 
   
 
   
       
         
             
             
             
       
         
 
   
 
         
 
         
         
 
 
 
 
La nature au fil des saisons