La nature au fil des saisons - JUIN 2013

       
 

- Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus)      
  - Myosotis des champs (Myosotis arvensis)    
  - La néphrotome tachetée (Nephrotoma appendiculata)    
 
- Le gaillet gratteron (galium aperine)    
    - Géranium herbe à Robert (geranium robertianum)    
    - Volucelle transparente (Volucella pellucens)    
    - Bernache du Canada (Branta Canadensis)    
         
         
         
 
La nature au fil des saisons      
           
      Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus)      
      Ordre : Passériforme s- Famille : Sylviidés
       
   


Fauvette aquatique comme le phragmite des joncs présenté à la même époque l’année dernière, elle se reproduit dans le même milieu : la roselière touffue et haute des fossés en eau. On peut la voir à Hinges le long du canal, là où le phragmite (roseau) est présent et sur les talus du bassin VNF 55, au Pacault dans les fossés au milieu des champs. Elle construit un nid en corbeille, accroché aux tiges de roseaux, si bien qu’il monte au fur et à mesure que la végétation pousse. Généralement, la nidification va de la mi-mai à la mi-juin. A cette époque, bien que sans cesse en mouvement, elle fait de brèves apparitions hors du fossé, se perche un instant sur une branche, c’est le moment de l’observer ou de la photographier. Contrairement au phragmite qui a le dos rayé et un bandeau clair à la tête, elle a le plumage uniformément brun dessus et blanc sale dessous. Elle a une tête « pointue » à front plat et un long bec fin comme tous les oiseaux insectivores. Les deux sexes sont semblables. La rousserolle effarvatte est une visiteuse d’été qui vient se reproduire en Europe dès avril. Elle nous quitte en octobre pour hiverner en Afrique.
 
     
     
           
 
 
 
 
 
       
 
 
  Myosotis des champs (Myosotis arvensis)      
      Ordre : Lamiales – Famille : Borraginacées      
 
   
On reconnaît tous le myosotis à leurs fleurs d’un bleu extraordinaire. Mais il est bien difficile de déterminer l’espèce au commun des mortels ! Voici quelques indices pour identifier le myosotis des champs. D’abord, examiner à la loupe ou au microscope de poche le calice, juste en dessous de la corolle. Si les poils qu’on y découvre sont appliqués (autrement dit, droits), il s’agit du myosotis des marais. S’ils sont crochus, vous avez une chance sur trois d’avoir à faire au myosotis des champs. Observez alors les tiges des fleurs fanées ou portant les fruits. Si ces tiges sont deux à trois fois plus longues que le calice, il s’agit bien de notre myosotis des champs. Si la longueur de la queue est égale à celle de la fleur, il s’agit du myosotis hérissé. Il existe un myosotis facile à identifier en début de floraison, le myosotis bicolore : ses fleurs sont d’abord jaune-pâle, puis roses pour finir bleues comme les autres myosotis. La floraison du myosotis des champs s’étale de mai à août.
Principales espèces :
 
      • Myosotis des marais (Myosotis palustris) fleurit de mai à octobre
• Myosotis des champs (Myosotis arvensis) fleurit de mai à août
• Myosotis discolore (Myosotis discolor) fleurit d’avril à juin
• Myosotis hérissé (Myosotis hispida) fleurit de juin à août
     
   
 
 
 
             
 
   
 
   
 
 

       
 
 
    La néphrotome tachetée (Nephrotoma appendiculata)
      Ordre : diptères – Famille : Tipulidés      
       
   
Elle appartient au groupe des tipules, gros moustiques non piqueurs et végétariens. Mais il est bien plus beau que la tipule des jardins: son thorax est jaune à bandes longitudinales noires. Moins connue que sa cousine, elle est toutefois très commune de mai à septembre .On peut la voir partout : dans son jardin, dans les champs, à la lisière des bois et même dans les bois. Elle a toutefois une préférence pour les lieux humides. Dans notre village, ce n’est pas ce qui manque !

 
             
 
 
 
   
 
   
 
   
 
 

 

   
 
      Le gaillet gratteron (galium aperine)      
      Ordre : Rubiales – Famille : rubiacés      
   

Qui n’est pas revenu d’une promenade avec ses fruits en forme de boules poilues accrochés aux chaussettes ou aux vêtements ? Des poils crochus ! La plante en est couverte. C’est se qui lui permet de grimper le long des plantes voisines. Les feuilles ont une disposition particulière: elles sont attachées autour de la tige en un même point, on dit qu’elles sont verticillées. Elles aussi sont couvertes de poils rudes au toucher. Les fleurs blanches à quatre pétales sont insignifiantes (2 mm). Elles poussent à l’aisselle des feuilles en fausse ombelle. La floraison s’étale de mai à octobre. La tige n’est pas cylindrique mais quadrangulaire. On la trouve un peu partout.
Les autres espèces :
 
     
     
     
     
      • Gaillet des marais (galium palustris)
• Gaillet commun (galium mollugo)
• Gaillet jaune (galium verum)
• Gaillet des bois (galium silvaticum)
• Gaillet des rochers (galium hercynium)
• Gaillet croisette (galium laevipes)
• Gaillet odorant (galium odortum)
     
         
 
         
 
         
 
         
 
         
 
         
 
         
   
 
         
      Géranium herbe à Robert (geranium robertianum)      
      Ordre : Geraniales – Famille : Geraniacées      
             
   
La belle couleur rose de ses fleurs attire le regard parmi toute la verdure qui l’entoure. La taille aussi, car les fleurs ont jusqu’à 2cm de diamètre, ce qui pour les géraniums sauvages est une belle taille ! La floraison s’étale de mai à septembre. Il pousse un peu partout et l’espèce à une large distribution : Asie, Amérique, Europe, et partout en France. La feuille est très découpée. Elle vire au rouge, souvent à la fin de l’été ou au début de l’automne. Les fruits portent un long bec Robert n’est pas un prénom, mais un mot d’argot qui signifie « mamelles »…sein; il a été attribué par rapport à son usage en pharmacie pour désengorger les mamelles. Il a eu de nombreux autres usages pharmaceutiques.
 
             
 
       
 
   
 
   
 
   
 
             
       
         
      Volucelle transparente (Volucella pellucens)      
      Ordre : diptères – Famille : Syrphidés      
             
   
Voici un insecte facilement reconnaissable ! grâce à la partie antérieure blanche et translucide de son abdomen, on ne peut le confondre avec aucun autre. Il fréquente les zones boisées, les lisières d’étangs et de mares. L’insecte photographié se trouvait justement à côté. C’est un syrphe de la taille d’une grosse mouche. Comme tous les syrphes, il est capable de faire du vol stationnaire. Il se nourrit du nectar des fleurs et contribue grâce à ses poils, à leur pollinisation. La femelle pond ses œufs dans les nids de guêpes (communes et germaniques) ; les larves vivent en parasitant les larves de ses dernières sans leur nuire, puis, plus tard dévorent les guêpes mortes au fond du nid.
 
         
 
   
 
         
 
       
      Bernache du Canada (Branta Canadensis)      
      Ordre : Ansériformes – Famille : Anatidés      
         
   
Tout arrive ! Deux Bernaches du Canada sur le canal cette semaine. Bien sûr, elles n’arrivent pas d’Amérique du Nord ! Voici l’historique de cette espèce : introduite au XVIIIème siècle en Angleterre pour l’ornement des pièces d’eau, puis comme gibier en 1933 en Suède, c’est en 1960 que quelques couples furent placés dans la Vallée de la Course (Pas-de-Calais). Encore très peu présente dans les années 1990 (seulement 6 sites de reproduction en France), depuis l’espèce s’est reproduite de façon spectaculaire, si bien qu’on la trouve aujourd’hui sur tout le territoire et notamment dans notre région. Les dégâts provoqués aux cultures ont abouti à l’arrêté du 24 décembre 2011 qui la rend chassable et ce, pour 3 ans (jusqu’au 10 février 2015). Il existe deux types d’oies : les oies grises (Anser) comme l’oie cendrée dont j’ai déjà parlé et les bernaches comme la bernache nonnette. Les bernaches sont petites, sauf notre bernache du Canada. C’est la plus grande des oies avec une taille de 90 à 100 cm et une envergure de 160 à 175 cm. Elle est aussi l’espèce la plus nombreuse au monde. C’est une végétarienne qui se nourrit essentiellement d’herbes, de plantes aquatiques, de laîches, de graines de céréales et de graminées, de baies. Elle passe autant de temps sur l’eau qu’à terre et, les pattes étant situées au milieu du corps, marche très bien, contrairement aux canards appartenant à la même famille.
Les espèces :
 
 
  - Bernache nonnette
- Bernache cravant
- Bernache à cou roux
- Bernache du Canada
     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La nature au fil des saisons