La nature au fil des saisons - JANVIER 2016

  - Lithobie à pinces (Lithobius forficatus)    
 
- Le mimétisme    
         
         
         
         
 
La nature au fil des saisons      
           
             
      (la)Lithobie à pinces (Lithobius forficatus)
      Ordre : Lithobiomorpha – Famille : Lithobiidés
       
   
Avec l’hiver, bien des insectes ont disparu .Ils se sont reproduits et leur larves attendent sous terre, dans l’eau ou la tige creuse d’une plante la chaleur du printemps pour réapparaître. Ils font partie de l’immense embranchement des arthropodes qui représentent 80% des êtres vivants sur terre.
Il existe d’autres classes que les insectes ; l’espèce présentée est un mille-pattes (myriapode) de la classe des Chilopodes qui se caractérise par une paire de patte par segment, soit quinze pour la Lithobie à pinces.
Les représentants de cette classe sont des prédateurs. Notre mille- pattes se nourrit de cloportes, d’araignées ou d’autre mille-pattes. Pour les neutraliser, il est doté d’un appareil inoculateur de venin (sans danger pour l’homme) situé juste derrière la tête. Lucifuge, il chasse de nuit. Le jour il se tient à l’abri de la lumière sous les écorces des arbres morts et couchés, sous les pierres aussi.
Il existe plusieurs autres espèces de mille-pattes appartenant à cette classe. J’en ai rencontrés quelques uns, mais une fois débusqués, la fuite est très rapide et la photo difficile à réussir !La Lithobie à pinces se déplace à la vitesse de 144cm/minute (selon Demange-1981).
 
     
             
 
             
 
 
         
       
 
           
      Le mimétisme    
             
   
Pas grand-chose à voir à cette période ! En attendant les beaux jours je vous propose, à travers quelques photos, de plonger dans l’extraordinaire adaptation animale.
Le mimétisme est une stratégie adaptative d’imitation. Cela permet à une espèce d’échapper à d’éventuels prédateurs. Inversement, cela permet à certains prédateurs de surprendre leurs victimes.
Les stratégies sont de divers types. J’en décrirai deux.
La première, la plus courante, est celle du « camouflage » (par la couleur, par la couleur et la forme). L’individu se confond avec un milieu (plantes basses, herbe-tronc-sol…).
La seconde consiste à se faire passer pour une espèce qui fait peur en adoptant ses couleurs : par exemple les inoffensifs syrphes jaune et noir qui font penser à une guêpe.
Il existe d’autres formes de mimétismes que vous pouvez découvrir sur les sites « mimétismes »
 
     
     
           
 
 
 
 
   
 
   
 
           
 
             
 
       
 
 
   
 
         
 
         
 
 
La nature au fil des saisons