La nature au fil des saisons - JANVIER 2015

  - La chouette hulotte (Strix aluco)    
 
- La fouine (Martes foina)    
    - Le méconème fragile (Meconema meridionale)    
         
         
         
         
         
 
La nature au fil des saisons      
           
      La chouette hulotte (Strix aluco)      
      Ordre : Strigiforme – Famille : Strigidés
       
   
Rapace nocturne, on l’entend plus qu’on ne la voit. C’est le cri du mâle (qu’on peut transcrire en Hou-ou…..ou) qui traverse la nuit. Il porte loin. La femelle lui répond par un cri aigu et beaucoup moins audible pour une oreille non avertie. Dans le village j’ai entendu un mâle du côté du Pont d’Avelette. L’oiseau habite forêt, bois, bocage et avec le déboisement se rabat aussi sur les parcs avec feuillus âgés (offrant de larges cavités permettant la nidification). Elle se nourrit surtout de petits rongeurs : mulots, campagnols, souris, musaraignes… Elle guette ses victimes du haut d’un perchoir. Son ouïe permet de géolocaliser les sons et de fondre sur ses proies à coup sûr. Elle capture également oiseaux et insectes à l’occasion; les études de terrain montrent que la chouette chevêche évite les territoires où la chouette hulotte est présente car elle peut être au menu de celle-ci ! Il est difficile de la voir le jour, mais il lui arrive de se chauffer au soleil. Elle se cache dès qu’elle entend un danger potentiel et j’ai eu beaucoup de chance de pouvoir la photographier (de loin). On remarque ses yeux noirs, c’est très identifiant. Les autres chouettes ont l’iris jaune (La chouette effraie est blanche sur le ventre, le dessus ocre et a les yeux noirs aussi, mais le plumage évite toute confusion.
 
     
       
 
       
 
   
 
   
 
             
       
 
      La fouine (Martes foina)      
      Ordre : Carnivore – Famille : Mustélidés      
             
   
De mœurs nocturnes, on ne décèle pas sa présence. C’est pourtant un animal qui vit près de l’homme et des habitations. Son aspect attachant cache un redoutable chasseur de rongeurs : rats, souris, campagnols, etc.. C’est aussi une grande amatrice d’œufs qui fait un carnage dans les poulaillers. En effet, elle est excitée par l’affolement des poules qu’elle tue avant de dérober leurs œufs. Si votre maison le permet, elle peut très bien élire domicile sous votre toit. Au moment du rut, vos nuits seront alors agitées : vous entendrez cris et cavalcades. Dans le village, les hangars agricoles sont plus souvent adoptés car elle y trouve facilement ses proies. Vous l’avez compris, ce charmant petit animal est considéré dans plusieurs régions comme nuisible au même titre que la belette ou l’hermine. Son prédateur est le renard. Mais sa chasse limite son impact sur la régulation. Les produits utilisés pour éliminer les rats, par contre, jouent un rôle dans son élimination, car s’attaquant aux proies affaiblies, elle capture des animaux agonisants et se retrouve elle-même empoisonnée. Son aire de distribution couvre l’Europe (sauf les iles britanniques) et l’Eurasie. Elle a été introduite dans un état des Etats-Unis pour sa fourrure. L’espèce bien que menacée a donc encore de beaux jours devant elle !
 
     
     
   
 
   
 
   
 
   
 
   
   
   
 
         
 
           
  Le méconème fragile (Meconema meridionale)
      Ordre : Orthoptère –Famille : Tettigoniidés      
             
    Notre village recèle bien des espèces cachées ! Voici une espèce de petite sauterelle verte venue du Sud dont on ne soupçonne même pas l’existence. C’est qu’elle a aussi des mœurs nocturnes ; le jour elle vit cachée sous les feuilles des arbustes, de plus elle ne stridule pas, elle tambourine simplement de la patte postérieure sur les feuilles, son pratiquement inaudible pour une oreille humaine. Les photos présentées ont été prises dans mon propre terrain de jour au mois de septembre. Elle sort effectivement de sa cachette jusqu’en octobre/novembre en espérant trouver un abri pour l’hiver. Aptère, c'est-à-dire avec des ailes trop courtes pour voler, on se demande comment cette espèce est arrivée si vite aussi loin de ses régions d’origine et pourquoi ? l’hypothèse du réchauffement climatique est avancée, mais sans certitude. Toujours est-il que deux espèces de petites sauterelles vertes ont été identifiée sur notre territoire : Le conocéphale bigarré et le méconème fragile. Leur couleur verte correspond à la couleur du milieu. Ailleurs, il existe des espèces qui ont la couleur de la terre nue.
 
             
 
   
 
   
 
   
 
 
 
 
 
 

 

   
             
             
             
       
         
 
         
 
   
 
 
 
             
             
             
       
     
             
 
             
 
   
 
   
 
             
   
             
           
 
         
             
 
         
       
           
 
   
 
   
 
   
 
   
   
   
 
 
 
 
La nature au fil des saisons