La nature au fil des saisons - DECEMBRE 2015

  - Géranium des prés (Géranium pratense)    
 
- Aster s.p*    
    - Le pigeon biset domestique ou urbain (Columba livia)    
    - La sarcelle d’hiver (Anas crecca)    
         
         
 
La nature au fil des saisons      
           
             
      Géranium des prés (Géranium pratense)
      Ordre : Geraniales – Famille : Géraniacés
       
    Echappé des jardins
Le fait que cette plante ne se rencontre nulle part à Hinges, ni aux alentours laisse à penser qu’il s’agit d’un cultivar échappé des jardins. Ce grand géranium est en effet très beau et a un effet décoratif certain. La plante sauvage est Eurasiatique et n’est pas rare. Elle est soit blanche, soit bleue (photo) avec des veinures sur les pétales. La plupart des géraniums sauvages, rappelons le, sont roses. Les feuilles sont très découpées. Le fruit est un fruit à bec comme pour le géranium « herbe à robert » (voir Juin 2013).
 
     
             
 
 
         
       
 
      Aster s.p*    
      Ordre : Asterales – Famille : Astéracés    
             
   
Echappée des jardins
Un grand massif de cette plante, mais massif unique dans le village; encore une qui s’est fait la belle ! La plante est originaire d’Amérique du Nord. Elle a été introduite en Europe et de nombreux hybrides décorent les jardins. Cette station découverte du côté du Pacault montre qu’elle est capable de se naturaliser. La fleur ressemble à celle de la pâquerette ou de la marguerite, de la même famille, mais les pétales sont bleus.
s .p signifie que le nom de l’espèce n’est pas connu ou indiqué
 
     
     
           
 
 
 
 
   
 
   
           
      Le pigeon biset domestique ou urbain (Columba livia)    
      Ordre : Columbiformes – Famille : Columbidés    
             
   
Un échappé d’élevage
L’espèce sauvage du pigeon biset vit sur les parois rocheuses des gorges ou des côtes, dans les grottes pour les régions qui en possèdent. L’espèce domestique qui en est issue s’est échappée des pigeonniers et à élu domicile en ville. Pour notre village, on le trouve sur le clocher de l’église et sous le pont d’Hinges.
Si beaucoup d’individus ont conservé le plumage d’origine, un nombre important d’entre eux revêt des plumages aux couleurs variées (voir photo).
Le pigeon biset se différencie du pigeon ramier. Il niche sur les bâtiments cités ci-dessus et non sur un arbre. Il est plus petit. En vol plané il tient ses ailes en « V ». C’est un oiseau sédentaire et non migrateur comme son cousin.
Il se nourrit au sol de graines sauvages ou cultivées, parfois il avale des mollusques et escargots.
 
     
             
 
   
 
   
 
 
           
      La sarcelle d’hiver (Anas crecca)
      Ordre : Ansériformes – famille : Anatidés  
   
   
C’est le plus petit de nos canards de surface. Sa zone de présence estivale se situe au Nord et à l’Est de l’Europe.(Quelques sites de nidification sont toutefois cités sur la côte). L’oiseau apparaît au début de l’hiver et repart au début du printemps. Il fréquente les mares et les étangs, même de faible superficie. Il affectionne particulièrement les zones inondées sous couvert arbustif ou forestier. Chez nous, il trouve cet habitat dans le bassin VNF sous les repousses de saules.
Cet oiseau est caractérisé par une vivacité permanente : il faut le voir bondir hors de l’eau, effectuer des acrobaties aériennes en escadrille, à faire pâlir la Patrouille de France, s’abattre sur l’eau à toute vitesse pour apprécier son adaptation au vol. Lorsqu’on dit : « cette personne est une vraie sarcelle » cela signifie qu’elle est agitée en permanence, comme elle.
L’entretien du bassin VNF et sa remise en eau ont favorisé le retour de l ‘espèce, certes en petit nombre, mais porteur d’espoir pour cet extraordinaire petit canard.
 
   
 
 
 
   
 
         
 
         
 
 
La nature au fil des saisons