La nature au fil des saisons - DECEMBRE 2011

       
    - Grande aigrette (Ardea alba )    
    - Le héron cendré (Ardea cinerea)
   
    - La mésange charbonnière (Parus major)    
    - La mésange bleue (Parus caeruleus)    
         
 
A la mangeoire :

Si l’hiver n’a pas encore montré le bout de son nez, les ressources alimentaires se raréfient. Aux excellents conseils des écogardes, dans le numéro d’ Artois Comm.Le mag de novembre, je voudrais à mon tour ajouter quelques conseils.
Si les matières grasses permettent de lutter contre le froid, il faut privilégier les matières grasses d’origine végétale (comme pour notre propre santé) telles les graines oléagineuses: tournesol, cacahuètes non salées.
En automne, les baies sauvages perdent leur eau et deviennent plus concentrées en sucres. De rafraîchissante l’été, elles deviennent plus énergétiques en fin d’automne/début d’hiver. Et il leur en faut de l’énergie pour chercher la nourriture! d’autant que les jours sont courts, les nuits longues et froides.
En ce qui concerne le pain, il contient du sel, à forte dose il est mortel pour les passereaux, par exemple, lorsqu’ils boivent l’eau de salage des routes. A faible dose, mais ingurgité régulièrement il fragilise leurs os. Un autre danger, il gonfle dans l’estomac et si la quantité est importante, l’oiseau meurt. Pour éviter cet inconvénient on peut mouiller la mie, en donner avec parcimonie.
Fournir de l’eau est aussi vital que de nourrir les oiseaux.
La nourriture doit être mise hors de portée des prédateurs, car si vous attirez les oiseaux, vous aurez peut-être comme moi la visite de l’épervier et aussi des chats.

   
     
     
     
     
     
     
     
       
             
             
 
La nature au fil des saisons      
             
           
      La grande aigrette      
           
             
   
Voici un hôte qui ne passe pas inaperçu, tant par la taille que par le plumage entièrement blanc. La grande aigrette appartient à l’ordre des ciconiiformes qui regroupe quatre familles : celle des Ardéidés(hérons), celle des Ciconiidés (cigognes), celle des Threskiornithidés (ibis) et celle des Phoenicoptéridés (flamants).
Comme le héron cendré, elle vole le cou replié, ce qui évite toute confusion avec la cigogne blanche qui vole cou tendu, d’autre part, elle a du noir aux ailes et son bec est rouge/orange alors que l’aigrette a le bec jaune. Elle a la taille du héron cendré. Pour son identification c’est ce qu’il faut retenir, car on peut aussi voir l’aigrette garzette, elle aussi entièrement blanche, mais plus petite, avec le bec noir et au vol plus nerveux.
Depuis quelques années seulement, un petit nombre de grandes aigrettes hivernent dans notre secteur, ses lieux habituels d’hivernage étant plutôt le Bassin méditerranéen.
Son habitat traditionnel est le lac marécageux, généralement avec roselière, entouré de végétation, les bassins VNF de Mont Bernanchon correspondent exactement à cet habitat, ils fournissent le gîte et le couvert, dans la journée, elles quittent le dortoir et on peut les voir en vol du côté du Pacault et posées dans les champs le long des fossés avec courant (Photo).
Notre oiseau doit son nom aux longues plumes présentes à la période nuptiale. Au siècle dernier, l’aigrette a été sérieusement menacée de disparition pour la beauté de ces plumes. On la massacrait pour orner le chapeau des élégantes. Heureusement, la mode a changé !
     
           
 
 
 
   
 
 
 
   
             
         
      Le héron cendré (Ardea cinerea)      
             
   
Au 12ème siècle, le nom du héron était aigron, à cette époque la transmission écrite ne jouissait pas de la correction automatique de l’orthographe et la transmission du nom a donné « hairon » puis héron.
De la même famille que la grande aigrette, il est par contre sédentaire. Les déplacements se limitent à 200 ou 300km maximum lorsque l’accès à la nourriture devient impossible et concernent surtout les jeunes.
L’effectif du secteur est stable, l’espèce est néanmoins quasi menacée, malgré la protection totale dont elle bénéficie, du fait de la destruction de tout ou partie de son habitat.
Le héron a besoin de plans d’eau peu profonds pour se nourrir et de grands arbres pour construire son nid (plusieurs individus construisent leur nid sur le même arbre). La héronnière la plus proche se situe dans le bois de Bellenville à Beuvry. A Hinges, on peut le voir en vol ou posé le long du canal ou encore dans les champs ou fossés en hiver.
Son régime alimentaire consiste essentiellement en petits poissons, anguilles, batraciens (grenouilles), il peut aussi se nourrir d’insectes, de crustacés et de reptiles. Actuellement, sa nourriture habituelle a disparu, il capture alors de petits rongeurs (photo). Pour les attraper, il détend son cou à la vitesse de l’éclair et transperce ses proies. Lorsque c’est un poisson, il l’avale la tête la première; pour l’anguille, il est obligé de la secouer longuement avant de l’engloutir.
     
         
 
 
 
 
 
 
             
 
             
 
             
 

           
 
 
    La mésange charbonnière (Parus major)    
   

La mésange charbonnière est la plus grande de nos mésanges. Charbonnière car son plumage comporte beaucoup de noir : dessus de la tête, un collier et une bavette, plus une raie médiane sur la poitrine et le ventre. Noir qui contraste avec les joues blanches.
Passereau insectivore, son régime s’adapte selon le pays où elle vit et aussi selon les saisons. Ainsi une mésange charbonnière espagnole est insectivore toute l’année, alors qu’une mésange charbonnière polonaise est davantage végétarienne et se contente de larves d’insectes ou de leurs petits fruits en automne, des graines à la mauvaise saison. A la mangeoire, si vous lui offrez le choix, elle préfère les cacahuètes (non salées), puis les boules de graisse contenant des graines, enfin les graines de tournesol.
Sa taille lui permet de chasser les autres mésanges (sauf si vous proposez plusieurs postes de nourrissage). Dans la nature, la concurrence n’existe pas, car elle se nourrit sur les branches basses, contre le tronc ou par terre. La mésange bleue se nourrit sur l’extrémité des branches fines en haut des arbres le plus souvent et ses proies sont plus petites.
   
 
           
 
   

   
 
 

 

   
         
 
 
         
           
 
         
             
           
      La mésange bleue (Parus caeruleus)      
   
Elle est beaucoup plus petite que la mésange charbonnière .Vous la reconnaîtrez sans hésitation au fait qu’elle n’a pas de noir. Sa tête est bleue et blanche.
Dans la nature, elle se nourrit de petits insectes et autres arthropodes. En automne elle consomme des baies et des petits fruits (comme le sureau, le cornouiller ou le fruit de l’épine noire par exemple). En hiver, elle fréquente assidûment les mangeoires. Elle effectue plusieurs passages par jour, souvent à la même heure.
Moins craintive, elle n’hésitera pas à foncer vers la fenêtre d’où vous la regardez, pour peu qu’elle ait repéré une petite araignée dans un coin.
   
       
       
       
       
       
       
       
       
   
   
 
   
   
 
   
   
 
   
   
   
 
   
   
   
           
   
   
             
   
   
             
   
   
           
             
       
             
             
             
       
   
 
 

             
 
   
             
         
 
   
   
         
         
         
         
 
             
         
             
 
 
         
         
             
             
             
             
         
 


     
             
             
         
         
 
           
 
           
 
           
         
             
           
         
 
         
 
           
 
 
         
         
         
           
         
 
             
         
 
 
La nature au fil des saisons