La nature au fil des saisons - AOÛT 2016

     
    - Le gendarme (Pyrrhocoris apterus)    
    - La punaise de la pomme de terre (Calocoris norwegicus)    
    - La lysimaque nummulaire    
    - La molène bouillon noir    
    - Les Dytiques    
    - Le citron    
         
 
La nature au fil des saisons      
             
         
       
      Les punaises
       
   

Elles appartiennent à l’ordre des Hémiptères et au sous ordre des Hétéroptères. « Hémi » signifie demi : en effet ce qui caractérise ces insectes est la division des ailes antérieures en deux parties distinctes. La première située près du thorax est coriace, comme les élytres des coléoptères, la seconde membraneuse. Les ailes postérieures situées dessous sont membraneuse. Certaines punaises n’ont pas d’ailes (aptères) mais possèdent un second critère de classement : un rostre. C’est un organe piqueur qui fonctionne un peu comme une aiguille hypodermique. Cet organe sert à aspirer les sucs des plantes, parfois de petits insectes.
Les punaises ont une métamorphose incomplète, c'est-à-dire qu’après l’œuf l’insecte ressemble déjà à l’adulte et passe par 5 à 7 stades « juvéniles » avant de devenir adulte (Voir photos).
 
     
             
 
             
 
 
         
 
   
 
           
      Le gendarme (Pyrrhocoris apterus)    
      Ordre : Hémiptères- Sous ordre : Hétéroptère- Famille :Pyrrhocoridés  
          
   
Particulièrement abondante cette année on peut la voir courir au sol ou sur les arbustes. C’est une espèce très commune de mars à octobre en Europe moyenne et méridionale. Elle vit en groupe. Sa couleur noire et rouge avertit d’éventuels prédateurs de sa toxicité.
 
             
 
             
 
             
             
    La punaise de la pomme de terre (Calocoris norwegicus)    
      Ordre : Hémiptères – Famille : Miridés    
             
    A l’inverse de la précédente, sa couleur en majeure partie verte la confond avec les herbes où elle vie et dont elle se nourrit. Il faut la chercher au bord des chemins, des cultures, parfois dans les jardins.
 
             
 
             
 
             
             
           
      La lysimaque nummulaire (Lysimachia nummularia)    
      Famille : primulacées    
             
   
Bien présente dans le village, mais pas toujours en fleurs, la plante reste inaperçue. C’est alors un tapis dense de feuilles arrondies. On la trouve près des fossés en eau, le plus souvent à l’ombre.
A Hinges, c’est près du canal ou au bord du chemin qui contourne le bassin VNF.
Encore une petite fleur jaune ! On la reconnait facilement par sa forme en coupe et ses cinq pétales pointus. La plante est rampante.
 
             
 
             
   
           
             
      La molène bouillon noir (Verbascum nigrum)  
      Famille : Scrofulariacées
       
   
Celle-ci se présente sous forme d’épis floraux érigés (jusqu’à un mètre). Les nombreuses petites fleurs jaunes ont des étamines pourpres qui créent un contraste de couleur du plus bel effet. Les feuilles se situent à la base, près du sol, en rosette.
Deux pieds pour le village, qu’on trouve près du canal en s’engageant dans le chemin qui mène rue des bois blancs, celui où se trouvent les pâtures à chevaux.
Espèce proche : molène bouillon blanc, plus haute et plus robuste ;disparue du village(un pied)
Visible en grand nombre sur le terril de Cuisse Maraune à Fouquereuil ou encore dans les fossés « rue du bois » à Mont Bernenchon.
   
             
 
             
 
             
           
      Les Dytiques  
      Coléoptères aquatiques  
             
   
La famille des Dysticidés est une vaste famille de coléoptères aquatiques qu’on rencontre dans nos mares. On peut les voir remonter à la surface pour faire provision d’air , puis disparaître dans les profondeurs. Leurs larves attaquent grenouilles,tritons, poissons, têtards et divers invertébrés.
Dysticus latissimus est plus grand et plus noir. Plusieurs espèces semblables, sans bandes jaunes autour du prothorax pour la plupart. L’individu photographié en est.
Bien que sa vie soit aquatique, le dytique est capable de voler de mare en mare, surtout la nuit. Certaines espèces effectuent des déplacements de plusieurs dizaines de kilomètres, voir de centaines de kilomètres.
 
             
 
             
 
             
 
             
 
             
             
           
      Le citron (Gonepterix rhamni) 2  
      Ordre : Lépidoptères- Famille : Piéridés
             
   
En février 2015, je lançais un avis de recherche pour cette espèce, sans résultats, jusqu’à ce jour. Je m’étonnais que cette espèce ubiquiste, présente dans tous les départements français, ne soit pas observée dans notre village !
2 papillons ce mois d’août, près des mares dans le bassin VNF. Il faut dire que si on peut le voir partout dans les jardins fleuris, le citron affectionne les milieux humides. Les imagos hivernent à l’état adulte à partir de l’automne et réapparaissent en mars pour se reproduire. En Août/Septembre, une seconde émergence voit le jour.
Depuis 2011, 22 espèces de papillons diurnes ont été observées, ce qui est très satisfaisant quand on sait que dans de nombreux endroits du Nord/Pas-de-Calais le nombre ne dépasse pas 10. Un petit bémol cependant, certaines espèces comme le machaon ne sont plus observées chaque année. Ce dernier risque donc de faire baisser les statistiques !
             
 
         
 
         
 
 
La nature au fil des saisons