La nature au fil des saisons - AOÛT 2015

  - Chicorée sauvage (cichorium intubus)    
 
- Renouée persicaire (Persicaria maculosa)    
    - Renouée des oiseaux (Polygonum aviculare)    
    - Le criquet des pâtures (Chorthippus parallelus)    
    - Une téphrite des centaurées    
         
 
La nature au fil des saisons      
           
             
      Chicorée sauvage (cichorium intubus)
      Famille : Astéracées
       
   
J’ai découvert cette plante fleurie alors que je la croyais disparue. Ses jolies fleurs bleu-ciel, couleur rare pour les plantes de la famille de la marguerite, la rende très repérable. Elle dépassait les blés d’un champ de culture raisonné du côté du Pont d’Avelette, je parle au passé car depuis, le champ a été moissonné. La plante préfère les sols calcaires, ce qui explique en partie sa rareté dans le village.
Cultivée, ses feuilles sont consommées en salade et ses racines, une fois broyées et torréfiées, sont traditionnellement mélangées au café.
 
     
             
 
 
         
 
 
 
 
 
             
       
 
      Renouée persicaire (Persicaria maculosa)ou(Polygonum persicaria)      
      Ordre : Polygonales – Famille : Polygonacées      
             
   
Très abondante le long des champs, on l’identifie à ses feuilles lancéolées marquées d’une tache brun-noirâtre en leur milieu. La plante a été fauchée et commence seulement à fleurir. Dans les endroits plus naturels, elle arbore des épis de fleurs roses et arrondies. Les fleurs peuvent être blanches. Elle aime les endroits humides tels que les fossés. Les tiges sont ramifiées, ce qui la distingue de la Renouée bistorte très ressemblante, mais à tige simple. Cette différence est très importante lorsque les feuilles ne présentent pas de taches noirâtres comme indiqué ci-dessus. La floraison s’observe de juin à octobre.
La beauté de cette plante est ternie par sa tendance à envahir l’espace et à ne pas laisser la place aux autres plantes.
 
     
     
   
 
 
 
 
   
 
   
 
             
   
           
             
      Renouée des oiseaux (Polygonum aviculare)      
      Ordre : Polygales – Famille : Polygonacées      
       
   
Parmi les nombreux noms vernaculaires qu’on lui donne, je retiendrai celui de « trainasse » qui reflète bien les massifs feuillus qu’elle forme près du sol. Les fleurs roses ou blanches sont minuscules et n’attirent pas le regard. Par contre elles sont méllifères. La plante possède également des vertus médicinales. Ses graines minuscules font le bonheur des oiseaux, comme l’alouette, par exemple. Beaucoup moins jolie que sa cousine elle a des atouts pour se rendre sympathique !
 
             
 
   
 
   
   
 
      Le criquet des pâtures (Chorthippus parallelus)      
      Ordre : Orthoptères – Famille : Acrididés      
   
   
Ce petit criquet (1,5 cm+/- pour le mâle et 2 cm +/- pour la femelle) est commun dans toute l’Europe. Le plus souvent vert, il se confond avec les herbes. Il peut toutefois être brun ou pourpre. Pour l’identifier il faut regarder les bords qui vont de la tête jusqu’aux ailes : ils sont parallèles comme l’indique son nom scientifique. Le meilleur moyen reste la reconnaissance de ses stridulations, mais là, ce n’est pas à la portée de chacun ! Le mâle a les ailes plus longues que celles de la femelle, sans toutefois dépasser l’abdomen. Il vit surtout dans les milieux herbeux et humides.
 
   
 
 
 
   
 
   
 
             
      Une téphrite des centaurées      
      Ordre : Diptères – Famille : Téphritidés      
             
   
Il existe plusieurs espèces fort proches, il s’agit très probablement d’Orellia tussilaginis au corps jaunâtre ; le thorax a des marques brunes et l’abdomen a des points noirs. Ses ailes ont quatre barres sombres et l’abdomen de la femelle se termine par un oviposteur qui la rend plus longue que le mâle. Cette petite mouche mesure 5/6mm environ. Elle vole de juin à août. A cette époque on la trouve sur les centaurées : la femelle y pond ses œufs (jusqu’à 240). Les larves se nourriront des graines dans lesquelles elles creusent une galerie où se produit leur nymphose. Une larve peut détruire jusqu’à 90% des graines d’une seule fleur. La mouche est commune en juillet et août dans une grande partie de l’Europe. Elle se trouve en nombre sur les bardanes. Au moment de la ponte, sur les chardons et centaurées.
 
             
 
             
 
             
 
             
 
         
 
         
 
 
La nature au fil des saisons