La nature au fil des saisons - AOÛT 2013

- Le plantain d’eau (Alisma plantago-aquatiqua)    
  - Les Odonates-Suite      
  - La grande Berce (Heracleum spondylium)    
  - La Berce du Caucase ( Heracleum montegazzianum)    
  - La lepture fauve (Brachyleptura fulva)    
    - La lepture tachetée (Leptura maculata)    
    - La cigogne noire (Ciconia nigra)    
         
         
         
         
 
La nature au fil des saisons      
           
      Le plantain d’eau (Alisma plantago-aquatiqua)      
      Ordre : Alismatale - Famille : alismatacées
       
   
Les feuilles lancéolées, de grande taille, forment de belles touffes qui partent d’une souche souterraine. Elles ont des nervures parallèles. De leurs centres, s’élève une hampe florale qui porte de petites fleurs blanc-rosé à trois pétales arrondis. La floraison est longue : de juillet à septembre. Mais les fleurs ne s’ouvrent que l’après-midi et ne durent qu’une journée !
Bien que courante, je n’ai découvert qu’une station dans le bassin VNF. Elle se situe dans une ornière entre deux mares. Cette ornière était en eau en juillet, sèche maintenant.
Le plantain d’eau est toxique pour les animaux. Il devient inoffensif une fois cuit ou séché et a même des propriétés médicinales astringentes et diurétiques.
Il ressemble aux plantains terrestres, bien que n’appartenant pas du tout à la même famille.
 
     
     
           
 
 
 
   
 
   
 
 
         
    Les Odonates-Suite      
             
    Beaucoup d’espèces que je peux toutes présenter, aussi j’en ai choisies deux que l’on a les chances d’observer autour des mares du bassin VNF.  
             
      L’anax empereur (Anax impérator)      
      Ordre : Odonates- Famille : Aeshnidés      
             
   
Cette grande libellule (6,5 cm à 8,5 cm pour une envergure de 9 à 10cm) est commune de mai à octobre. Le mâle a l’abdomen bleu vif avec une raie noir sur le dos. La femelle est plus terne et la couleur de l’abdomen tire sur le vert. Elle s’éloigne facilement des milieux aquatiques pour chasser ses proies. Capable de voler rapidement, elle peut aussi planer lentement ou faire du vol sur place. Sa larve dévore parfois des proies plus grosses qu’elle : têtards, mollusques aquatiques. D’origine africaine, elle se répartit en Eurasie occidentale, dans le Maghreb du Nord et dans la France entière, y compris la Corse.
 
             
 
 
             
 
 
             
     
             
      La libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata)      
      Ordre : Odonates- famille : Libellulidés      
   
   
4 à 5 cm de long pour une envergure de 6,5 à 8 cm. Son corps brun à olivâtre a un abdomen large comme celui de la libellule déprimée (présentée le mois dernier). Elle a une petite tache sombre sur chaque aile, au niveau du bord antérieur, ce qui lui vaut son nom. Très commune d’avril à octobre dans presque toute l’Europe, elle peut s’observer le long des eaux stagnantes. En l’occurrence, pour nous, aux mares du bassin VNF. Elle peut migrer en grand nombre : on la voit alors loin des milieux aquatiques. Les imagos, c’est ainsi qu’on nomme les adultes, se nourrissent de moustiques et de moucherons. Les larves dévorent d’autres larves aquatiques et des têtards. Les mâles « patrouillent » sans cesse au dessus de leur territoire qu’ils défendent avec acharnement.
 
             
 
 
 
 
 
 
 
   
 
   
 
 
       
 
 
    La grande Berce (Heracleum spondylium)
      Ordre : Apiales – famille : Apiacées      
   
C’est une grande plante herbacée qui peut atteindre 2m de hauteur mais qui en fait 1, en général. Moins jolie que sa cousine, la carotte sauvage, ses ombelles sont malodorantes et d’un blanc sale. Les fleurs du pourtour ont des pétales plus grands. On l’identifie à ses feuilles qui présentent une gaine renflée au niveau de la tige. Elle fleurit de juin à septembre. Elle attire un grand nombre d’espèces d’insectes butineurs. On la trouve le long des chemins, des routes ou encore le long du canal. Attention, si vous la cassez, sa sève provoque sous l’effet du soleil des lésions cutanées difficiles à éliminer.
 
     
             
 
 
             
 
 
   
 
 
             
 
 
   
   
 
 
   
 
   
 
   
 
     
 
      La Berce du Caucase ( Heracleum montegazzianum)      
      Ordre : Apiales-Famille : Apiacées      
   
Moins familière que la précédente, elle est géante : celle photographiée mesure 2,10m. Elle peut atteindre 5m de hauteur, ses feuilles 1m de long. Comme son nom l’indique, elle a été introduite dans notre pays. Elle est aujourd’hui considérée comme invasive .On la trouve près du canal (Impasse près de la rue du Boulan).
 
     
     
     
     
     
         
 
         
 
         
 
         
 
         
   
 
         
      La lepture fauve (Brachyleptura fulva)      
      Ordre : Coléoptères- Famille : Cérambycidés      
             
    Ses élytres sont de couleur fauve sauf leur extrémité qui est foncée à noire. Le reste du corps est noir. Sa grande taille (9 à 14 mm) nécessite des pistes d’atterrissage conséquentes : vous le trouverez sur de grandes fleurs surtout des apiacées (Carotte sauvage, berces…) ou des astéracées (marguerite, achillée millefeuille…). C’est en Août qu’on le rencontre le plus, mais il est visible dans toute la France de mai à août.
 
             
 
       
 
   
 
   
 
   
 
             
       
         
      La lepture tachetée (Leptura maculata)      
      Ordre : Coléoptères- Famille : Cérambycidés      
             
    Plus grand que son cousin (1,5 à 2 cm), il a les élytres jaunes ornés de taches noires. Celles-ci peuvent varier de forme selon les individus. On le rencontre sur les mêmes plantes fleuries que lui. Toutefois, il est moins commun. Il faut dire aussi que sa vie adulte est très courte : 2 semaines à un mois. Il est visible de mai à août. C’est un amateur de pollen. Sa larve se développe dans le bois des feuillus.  
         
 
   
 
         
 
       
      La cigogne noire (Ciconia nigra)      
      Ordre : Ciconiformes- Famille : Ciconidés      
         
   
Nous sommes en pleine période de migration de la cigogne noire. Les chances de la voir sont minimes, car d’une part il faut vraiment scruter le ciel et d’autre part le nombre de couples européens est faible (estimé à 500). Pourtant l’une d’elle s’est posée à Estaires l’année dernière et a été photographiée. Moi-même, j’en ai observées quatre au Pont d’Hinges en 2001. Si les cigognes migrent dès le milieu de l’été, c’est qu’elles utilisent le vol à voile comme les planeurs. Elles utilisent les courants d’air chaud pour s’élever. On les voit alors décrire des cercles. Une fois arrivées en haut du courant, elles se laissent glisser en planant pendant des kilomètres sans effort. Puis elles recommencent à cercler. Elles économisent ainsi leurs forces pour atteindre leurs quartiers d’hiver en Afrique. Pour la distinguer de la cigogne blanche, elle a le cou et la poitrine noire et la majeure partie des ailes noires. La cigogne blanche a le cou et la majeure partie du dessous blancs. Seul le bord postérieur des ailes est noir. Le 1er août, j’ai pu en photographier une, sur les trois de passage, en baie de Somme (photo).
 
           
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La nature au fil des saisons