La nature au fil des saisons - Août 2012

       
 
-
Gobemouche gris (Muscicapa striata)    
 
-
Chardonneret élégant (Carduelis carduelis)    
 
-
Coquelicot (Papaver rhoeas)    
 
-
Cardère sauvage (Dipsacus fullonum)    
 
-
     
   
-
       
   
-
       
   
-
       
             
 
La nature au fil des saisons      
           
      Gobemouche gris (Muscicapa striata)      
      Ordre : Passériforme- Famille : Muscicapidés      
    Visiteur d’été (de mai à septembre) qui hiverne en Afrique. Son nom indique qu’il est insectivore. Il a une technique de chasse très singulière : immobile sur une branche bien dégagée ou sur un piquet de clôture, il s’élance subitement en hauteur d’un vol rapide pour capturer un insecte. Il revient ensuite sur son perchoir, à la même place. Son plumage paraît gris sur le dos, blanc sale sur la poitrine et le ventre. Une observation plus rapprochée permet de distinguer de fines stries sur la poitrine ainsi que sur la tête. Le bec et les pattes sont noirs. Son nid se trouve dans une cavité (de mur ou d’arbre) souvent caché dans une plante grimpante. Bien que commun à travers toute la France, mis à part quelques régions du Sud, il y a peu de couples par secteur. J’ai rencontré deux individus dans le chemin qui mène du canal à la rue des Bois Blancs, peut-être un couple ?

 
 
 
 
   
           
   
      Chardonneret élégant (Carduelis carduelis)      
      Ordre :Passériformes –Famille : Fringillidés      
    Voici un oiseau qu’on peut admirer toute l’année dans tout le village. C’est un oiseau de la campagne cultivée, souvent en troupes nombreuses après la nidification. Dans son nom il y a chardon; c’est qu’il recherche sa nourriture sur les chardons de la saison précédente : les chardons de 2011. Le chardon en question est le dipsacus fullonum, cabaret des oiseaux pour le nom français. (Voir l’article qui lui est consacré ci après). Granivore, il se nourrit des graines de nombreuses autres plantes sauvages (150) : je l’ai surpris au printemps sur des pissenlits pas encore mûrs et en hiver sur les châtons femelles des aulnes glutineux qui bordent le canal. Son chant est très beau et varie selon le pays où il vit, pour cette raison il est un oiseau de cage que certains hybrident avec d’autres espèces. Normalement protégé, cette pratique est interdite (selon les pays ?) Il faut savoir que les hybrides sont stériles et n’ont aucune chance de survie dans la nature.
 
             
 
 
         
 
 
 
   
 
   
 
   
 
   
 
 
           
 
      Coquelicot (Papaver rhoeas)      
 
  (Papaveracées)      
 
Sa couleur vive tranche avec la verdure environnante. Ses pétales froissés lui confèrent une originalité presque exclusive !! Il a bien failli disparaître, mais les pratiques agricoles évoluant vers une utilisation moins massive de pesticides, il égaie aujourd’hui le bord des champs et les friches. Les boutons floraux sont penchés et poilus. La fleur possède quatre pétales écarlates, chacun ayant à sa base une tache noire. Les étamines sont noires également. Le fruit a la forme d’une capsule percée de trous au sommet. Si vous la secouez comme une poivrière, les graines s’en échappent. Celles-ci peuvent rester en dormance dans le sol pendant plusieurs années. On en tirait autrefois une huile qui était utilisée dans la peinture à l’huile avant qu’elle ne soit remplacée par l’huile de lin. La plante fleurit de juin à septembre, en groupe. Les espèces voisines :
Pavot argémone(papaver argemone) solitaire et rare Pavot douteux(papaver dubium) médicinal Pavot (papaver somniferum) médicinal
Le pavot argémone dispose de quatre pétales séparés et d’une capsule mince poilue. Les pétales du coquelicot sont utilisés en phytothérapie pour leurs vertus apaisantes. Ils ont une action remarquable sur les troubles du sommeil de l’adulte et de l’enfant ; Ils font disparaître la nervosité excessive, l’anxiété et l’émotivité. Les alcaloïdes de la plante, associés à l’eucalyptus, ont des effets calmants de la toux nocturne et des irritations de la gorge.
         
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
 
 
             
       
      Cardère sauvage (Dipsacus fullonum)      
 
  Famille :Dipsacacées      
   
Cette plante a de nombreux noms vernaculaires dont le plus utilisé est Cabaret des oiseaux; Les feuilles inclinées et soudées à la tige retiennent en effet l’eau de pluie, ce dont profitent les oiseaux. C’est une plante bisannuelle: la première année elle se présente comme une simple rosette de feuilles au raz du sol, la seconde une tige de 1 à 2 m de haut portant des capitules ovoïdes apparaît. Ces capitules portent un anneau de fleurs bleu-lilas. On peut trouver des capitules avec deux anneaux fleuris en même temps. Il existe une espèce cultivée (Dipsacus fullonum ssp sativus) aujourd’hui presque disparue. Au XIXème siècle, elle était utilisée pour carder les draps de laine et de feutre. L’apparition de machines a provoqué son abandon. Les fleurs de la cardère sauvage attirent de nombreux insectes. La grosse tige creuse abrite La chenille du Sphinx (papillon). Elle est aussi utilisée en bouquets secs pour décorer la maison. Du point de vue santé, la plante entière contient des substances dépuratives et stomachiques. La longue racine pivotante est un tonique du foie.
 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
   
           
             
 
             
             
 
La nature au fil des saisons