La nature au fil des saisons - AOÛT 2011

     
    - A la rencontre de quelques coccinelles    
    - Migrateurs au long cours    
    - Linaire commune :(Linaria vulgaris) - (Scrophulariaceae)    
    - Pulicaire dysentérique : (Pulicaria dysenterica) - (Asteraceae)    
    - Achillée millefeille    
    - Téléphore fauve    
    - Trichie rosée    
    - Bergeronnette printanière    
    - Carotte sauvage    
    - Coronille bigarrée ou herbe de la Saint-Jean    
   
- Ouette d'Egypte    
             
             
 
La nature au fil des saisons      
             
             
             
             
             
             
             
             
    Linaire commune - (Linaria vulgaris) - (Scrophulariaceae)      
  Cette jolie fleur jaune citron pousse en petits massifs au milieu des herbes dans les endroits ensoleillés, au bord des routes et des chemins. Les fleurs ont deux lèvres, la lèvre inférieure a deux bosses oranges et un long éperon pendant. Seules les abeilles peuvent les écarter pour accéder au nectar. Les feuilles étroites sont en spirale sur la tige.
La floraison s’étend d’août à octobre.
 
 
             
           
           
      Pulicaire dysentérique - (Pulicaria dysenterica) - (Asteraceae)      
             
  Vous remarquerez immédiatement cette plante à son feuillage vert-gris qui se détache des autres plantes vert-jaune. Ensuite, les disques floraux aplatis et aux fleurons très étroits sont très nombreux.
C’est une plante très courante à Hinges oû l’on trouve de nombreux massifs le long du canal, côté champs.
La floraison s’étale de juillet à septembre.
 
             
             
         
      Migrateurs au long cours      
             
  Alors qu’une collègue vient de m’avertir de l’arrivée des premiers martinets noirs en Tanzanie, d’autres espèces s’apprêtent à quitter l’Europe pour l’Afrique. Je veux parler des hirondelles (trois espèces), de la bondrée apivore et du faucon hobereau, tous ont un régime alimentaire exclusif qui les oblige à nous quitter pour l’automne et l’hiver.
-Les hirondelles se nourrissent d’insectes volants, fin août, début septembre, elles se dirigent en groupes vers le sud-ouest par étapes de 200 à 300km par jour tout en continuant de se nourrir. Elles parcourent ainsi les 6000km qui les séparent de leurs quartiers d’hiver en quelques semaines.
Trois espèces d’hirondelles se reproduisent dans le village :
L’hirondelle rustique, la plus connue, est présente presqu’à chaque ferme ou ancienne ferme.
L’hirondelle de fenêtre, plus urbaine, un couple niche à mi-chemin de la rue du 8 mai et plusieurs à la ferme, en bas de la rue d’ Hingette.
Enfin, l’hirondelle de rivage, la moins connue, creuse un tunnel dans les berges ou dans les trous des palplanches au pont d’ Hinges.

-Le faucon hobereau se nourrit lui, d’oiseaux et surtout d’hirondelles, en ce moment, je le vois plusieurs fois par jour en chasse rue du 8 mai, les hirondelles nous quittant, il suit son « garde-manger ».
-La bondrée apivore, quant à elle se nourrit de nid de guêpes, bourdons, reptiles et batraciens, elle est présente chez nous de la mi-mai à septembre. Elle part très tôt pour une raison supplémentaire : pratiquant le vol à voile, elle utilise les courants chauds pour s’élever, ensuite elle plane jusqu’à une nouvelle ascendance. A la fin de l’été, de tels courants disparaissent, notre oiseau n’aurait plus la force de battre des ailes sur une telle distance.
   
             
 
 
             
 
 
             
             
             
         
      A la rencontre de quelques coccinelles :      
     
  Particulièrement nombreuses cette année, vous ne manquerez pas de la remarquer… Elle est présente partout, du jardin au bord du chemin. Pour le jardinier, c’est un auxiliaire dans la lutte biologique contre les ravageurs, notamment les pucerons.
Voici quelques espèces et leurs larves qu’il ne faut pas détruire, faute de
les connaître :
 
    La coccinelle à 7 points (coccinella septempunctata) :      
           
 
La coccinelle indigène est orange et a 7 points noirs, elle dévore les pucerons, on la rencontre en grand nombre.
 
 
           
             
      La coccinelle asiatique (harmonia axyridis) :

     
  Espèce introduite, elle est très vorace. Elle dévore également les pucerons mais a le grave défaut de dévorer aussi les larves des coccinelles indigènes. On ne peut la reconnaître ni à sa couleur ni au nombre de points car elle est polymorphe. Il faut observer le protonum (voir la photo).  
 
 
             
      La coccinelle à 22 points (Psyllobora 22punctata) :      
           
  Beaucoup plus rare, je l’ai rencontrée deux fois depuis le printemps. Contrairement aux deux autres, elle est phytophage et micophage, c'est-à-dire qu’elle se nourrit de plantes parasites et de champignons filamenteux qui poussent sur les feuilles (oïdium, rouille des végétaux, mousses…).  
 
             
             
         
    Achillée millefeille      
             
 
             
  L’achillée millefeuille présente des fleurs blanches avec un centre brun clair, la feuille, qui donne le nom de la fleur, est vert fonçé et très caractéristique.  
   
             
             
         
    Carotte sauvage      
             
 
             
  La carotte sauvage possède une ombelle aplatie avec, en son centre, une fleur rose ou plus souvent pourpre, les feuilles ressemblent à celles de la carotte cultivée. Les ombellifères, famille à laquelle appartient la carotte sauvage, attirent de nombreux insectes.  
   
         
         
    Trichie rosée      
    Trichie rosée (Trichius rosaceus Voet, Insecta, Coleoptera, Scarabaeoidea, Cetoniidae). Cette belle cétoine velue fréquente de nombreuses fleurs du printemps à l’été ; on la rencontre souvent sur les ombellifères, les ronces … On compte 3 espèces assez proches en France.  
           
   
           
  -La trachie de la rose, de juin à juillet, a la rencontre rare.    
           
           
       
    Téléphore fauve      
           
   
           
  Le téléphore fauve est, lui, omniprésent et très commun.    
           
         
         
    Ouette d'Egypte (Alopochen aegyptiacus)      
    L'Ouette d'Egypte, est une espèce de oie, mesure entre 63 et 73 cm, le plumage est globalement brun roussâtre, la tête est plus claire avec une tâche marron près de l'œil. Les sexes sont semblables bien que le mâle soit généralement un peu plus grand que la femelle. Il y a une grande variation dans la teinte du plumage, certains individus étant plus gris que brun.( Wikipédia)  
         
   
           
   
           
 
             
 
  Bergeronnette printanière : (Motacillia flava)  
  C’est la plus petite des bergeronnettes, avec une queue un peu plus courte que la bergeronnette grise et nettement plus courte que la bergeronnette des ruisseaux.
Son nom signifie « petite bergère ». Insectivore, elle se plait au milieu du bétail qui attire nombre d’insectes !
« Printanière » car c’est une visiteuse d’été qui nous arrive au printemps et repart hiverner en Afrique fin août, début septembre.
Lors d’une promenade, vous aurez toutes les chances de la rencontrer dans les champs oû elle a niché, ou encore près du canal en compagnie de la bergeronnette grise.
 
     
     
             
             
     
     
    Coronille bigarrée ou herbe de la Saint-Jean  
 

La coronille bigarée est une plante de la famille des papillonacées. Les feuilles sont composées d'un nombre impaire de folioles.

 
           
 
 
           
           
 
     
 
 
La nature au fil des saisons