La nature au fil des saisons - Juin 2019

   La nature au fil des saisons :
 
- La coccinelle à 16 points
    - Le Fadet commun  
- Le Taupin des jardins
    - Le Vélar ou Herbe au chantre  
 
       
     
La coccinelle à 16 points  ( Tytthaspis sedecimpunctata)
Ordre : Coléoptères – Famille : coccinellidés
 

Très commune mais discrète par la taille de 2,5 mm à 3, 3 mm. Elle est jaune à points noirs. Elle se différencie facilement d’autres coccinelles jaunes par une large bande noire à la suture élytrale. Le nombre de points n’est pas fiable pour l’identification,  car ceux situés au bord des élytres peuvent fusionner.

On la rencontre de mars à octobre au bord des chemins, dans les prairies et les champs.

Elle n’est pas carnivore comme la plupart des coccinelles : elle se nourrit de champignons filamenteux qui poussent sur les feuilles des plantes basses. Elle se nourrit aussi de substances sucrées secrétées par les fleurs.

Les autres coccinelle jaunes déjà rencontrées dans le village sont :

La coccinelle à 22 points > voir Août 2011

La coccinelle à échiquier

 
 
 
 
             
  Le Fadet commun (Coenonympha pamphilus)
Ordre : Lépidoptères -Famille : Nymphalidés
       
 

C’est un petit papillon aux couleurs discrètes. S’il fréquente des milieux très variés, il recherche toujours des plantes-hôtes appartenant à la famille des poacées(graminées). On le rencontre donc dans le village près des chemin enherbés des corridors d’Hinges et des pâtures voisines. A l’occasion vous pourrez le voir traverser votre pelouse ou votre jardin pour peu qu’il y trouve quelques herbes folles. Bien que commun, les effectifs ne sont jamais nombreux.

Il vole de début avril à mi-octobre en deux ou trois générations avec un pic fin mai, début juin et un autre fin, début août.

 
 
 
 
     
     
       
    Le Taupin des jardins (Athous haemorrhoidalis)  
    Ordre : Coléoptères – Famille Elatéridés  
   

Voici un insecte qui n’attire pas la sympathie des jardiniers ! En effet ses larves souterraines dévorent les racines des plantes sauvages et des plantes cultivées.

Inquiété, il se laisse tomber et j’ai eu bien du mal à en photographier un. S’il se retrouve sur le dos, il est capable de se projeter en l’air grâce à un « déclic » provoqué par les angles du pronotum(partie derrière la tête) et le bord des élytres.

Tranquille, il aime se chauffer au soleil sur les feuilles de rumex ou d’orties, sur la tige d’un roseau par exemple.

Il est visible de mai à août à l’état adulte.

 
 
 
 
 
   
    Le Vélar ou Herbe au chantre (Sisymbrium officinale)  
    Brassicacées  
       

Son aspect bien singulier ne laisse pas deviner que cette plante appartient à la famille du chou. Les tiges sont longues et plutôt dénudées. Elles se terminent par des petits bouquets de fleurs jaunes elles-mêmes minuscules. Elles ont quatre pétales disposés en croix comme tous les crucifères appelés aujourd’hui Brassicacées.

Considérée comme « mauvaise herbe » , on la rencontre au bord des champs ou des routes ,dans les friches.

La plante a une hauteur de 90 cm au maximum. Les feuilles basales sont déchiquetées . Les feuilles supérieures sont alternes et pennées, sessiles également.

Le vélar fleurit de mai à septembre

       
 
 
 
       
     
 
La nature au fil des saisons