La nature au fil des saisons - MARS 2018

  La nature au fil des saisons :    
- Barbarée commune
- La Punaise pie
- La Punaise potagère
- Eristale sépulcral
    - Eristale des arbustes    
    Barbarée commune (Barbarea vulgaris)  
    Famille : Brassicacées (autrefois : Crucifères)  

Noms vernaculaires :  herbe de Sainte Barbe-herbe aux charpentiers-cresson de terre-cresson d’hiver-roquette jaune-julienne jaune.

Les fleurs de cette famille ont quatre pétales. Elles sont jaunes et regroupées au sommet de la plante.

Au travers de ses nombreux noms vernaculaires on devine que la plante est comestible : les jeunes feuilles ont un goût de cresson, amer et piquant. Les plus anciennes sont utilisées dans les soupes ou cuisinées comme légume. Quant aux fleurs disposées un peu comme les brocolis, elles sont utilisées comme eux.

C’est aussi une plante médicinale aux nombreuses vertus thérapeutiques. Elle était fort appréciée pour ses bienfaits sur les blessures, les plaies, notamment par les charpentiers qui lui ont laissé un nom. Elle facilite les problèmes de digestion difficile. Elle est très efficace pour éliminer la goutte. La liste est longue !

Du point de vue nature, elle attire de nombreux insectes butineurs dont l’abeille domestique qui apprécie son nectar.

La plante est rustique et résiste au gel jusqu’à -20°C. Elle fleurit d’avril à août le long des fossés humides et du canal. (Il faudra peut-être patienter un peu le long du canal, car la fauche rase et le temps hivernal qui joue les prolongations n’ont pas favorisé  la repousse.)

 
   
 
 
 
 
   
             
La Punaise pie (Tritomegas bicolor)
    Ordre : Hémiptères-Homoptères – Famille : Cydnidés  
   
 

La punaise pie est de couleur noir et blanc. Elle est visible toute l’année mais c’est surtout maintenant qu’on la rencontre, lorsque les adultes sortent d’hibernation. Par rapport aux autres punaises, elle est plutôt ronde. Elle se nourrit de divers végétaux. Ses larves, elles, se nourrissent sur le Lamier blanc et la Ballotte (Plantes appartenant à la famille des lamiacées).

Il existe deux espèces très proches avec lesquelles elle peut être confondue : Tritomegas sexmaculatus et tritomegas rotundipennis. Les taches blanches sur le pronotum sont différentes. Un peu plus tard au printemps, la punaise potagère, également noir et blanc pourra induire en erreur.

L’espèce est présente régulièrement mais le nombre d’individus est très faible.

   
   
         
         
    La Punaise potagère (Eurydema oleracea)
Ordre : Hémiptères-Homoptères  - Famille : Pentatomidés
           
 

Autre nom : punaise du chou(à ne pas confondre avec la punaise rouge du chou.)

C’est une punaise noire. Ses taches peuvent être rouges,jaunes ou blanches. Elle possède trois taches alignées : une sur le scutellum et une de chaque côté, sur les hémélytres*. Elle se nourrit sur les crucifères sauvages (Brassicacées) mais on la trouve également dans les jardins potagers.

Les adultes apparaissent au printemps. La femelle pond ses œufs sur le dessus de feuilles. En juin les larves éclosent et subiront cinq mues avant d’avoir l’aspect adulte.

*Hémélytres : différencie du terme « élytre » entièrement coriace ; chez les punaises il y a une partie coriace ,la corie ,prolongée par une partie membraneuse.(Les ailes postérieures sont cachées dessous et sont membraneuses)

           
           
         
         
    Eristale sépulcral (Eristalinus sepulcralis)
    Ordre : Diptères – Famille : Syrphidés
           
 

Les premiers rayons de soleil font sortir les premiers bourdons, les syrphes et quelques autres insectes butineurs. Il n’y a pourtant pas encore beaucoup de fleurs !

Comme l’indique son nom, ce syrphe est de couleur sombre presque noir. Tout son charme se trouve dans ses yeux clairs ponctués de taches plus foncées. Il est légèrement plus petit que les autres éristales : un centimètre environ.

Dès mars on peut le rencontrer se chauffant au soleil et il devient assez commun d’avril à septembre. Sa larve se développe dans les eaux boueuses. L’adulte s’observe dans les endroits humides, se tenant immobile sur les fleurs, les feuilles et les plantes aquatiques.

Autres éristales : Les éristales sont un genre de syrphes regroupant plusieurs espèces communes dans le village :

L’éristale gluant (voir 04/2014)

L’éristale des arbustes

 
           
 
 
         
         
Eristale des arbustes ((Eristalis arbustorum)
    Ordre : Diptères – Famille : Syrphidés
   
 

Plus commun que l’espèce précédente, est visible de mars à octobre. Fréquente surtout les ombellifères, mais aussi la végétation basse dans les jardins.

Sa larve vit dans les eaux riches en matières organiques. Elle respire grâce à un long tube.

Pour cette espèce, la femelle est différente du mâle : celui-ci est jaune et noir comme la majorité des syrphes, tandis que la femelle est noire avec des liserés clairs entre chaque segment de l’abdomen. Pour les éristales aux sexes identiques, la distinction se fait au niveau des yeux : ceux du mâle sont volumineux et se touchent, ceux de la femelle plus petits et séparés.

Les éristales sont floricoles et participent à la pollinisation.

           
 
           
       
       
   
 
 
La nature au fil des saisons