La nature au fil des saisons - Août 2018

  La nature au fil des saisons :    
- Grande Bardane (Arctium lappa)
- Petite Bardane (Arctium minus)
- La laitue sauvage ou laitue scariole (Lactuca serriola)
- Le Macaon (Papilio macaon)
 
     
    Grande Bardane (Arctium lappa)  
    Famille : Astéracées  
 

Encore appelée Bardane officinale ou Bardane commune, elle est bien connue depuis longtemps et de partout, si bien qu’elle a reçu de nombreux noms vernaculaires. Elle possède de nombreuses propriétés médicinale et fait partie de la pharmacopée populaire. Sa racine  est également consommée comme légume et l’on peut trouver dans le commerce des variétés améliorées.

Grande, elle peut ,en effet ,atteindre 2m de hauteur. Elle fleurit en même temps que les cirses et les chardons (de la même famille). Mais si les fleurs ont une forme et une couleur très ressemblantes, les feuilles n’ont pas d’épines ! Impossible de confondre… Celles-ci sont aussi larges que longues et leur pétiole est plein (voir petite Bardane à ce sujet).

Sous la fleur, de nombreuses bractées à pointe recourbée . Lorsque la plante sèche, ces crochets se logent dans la fourrure des animaux ou dans nos vêtements et la plante est ainsi disséminée .

Les inventeurs de la bande velcro se sont inspirés de cette particularité.

La plante est peu répandu dans le village :je n’ai trouvé qu’un seul pied.

 
 
 
 
 
     
   
             
  Petite Bardane (Arctium minus)
    Famille : Astéracées  
       
 

Malgré son nom, la plante peut atteindre 1,5m de haut. Cela ne permet pas de la différencier de sa cousine qui, selon son âge, peut être plus petite ou aussi grande qu’elle. Il faut regarder les feuilles :elles sont plus longues que larges et  le pétiole  est creux. Autre critère : les fleurs sont moins globuleuses et plus petites : capitules de 15-30 mm contre 35-40 mm chez la Grande Bardane. La floraison va de juillet à septembre. La petite Bardane fleurit à partir de sa deuxième année.

On la trouve dans les endroits un peu délaissés.

 
 
 
   
         
         
    La laitue sauvage ou laitue scariole (Lactuca serriola)
Famille : Astéracées
           
 

On la trouve un peu partout dans le village le long des routes et chemins. Les plans sont toutefois solitaires. Elle ressemble peu à la laitue de nos jardins et n’est pas comestible. En France , elle est présente partout, encore plus en région méditerranéenne, où elle trouve des sols pierreux, des sols nus ou des friches qui lui conviennent particulièrement.

De la taille d’un homme (jusqu’à 1,80m), on peut toutefois passer à côté sans la remarquer. Ses tiges très ramifiées et sans feuille vers le haut , ses fleurs jaunes de petite taille, font que le regard remarque ce qui est derrière plutôt que la plante. La floraison s’étale de juillet à septembre.

Dans la partie basse, par contre, les feuilles attire le regard : d’un beau gris/vert, elles sont traversées d’une grosse nervure blanche. Dessous, cette nervure est garnie d’une rangée d’épines piquantes. La bordure de la feuille est aussi hérissée d’épines, molles celles-ci !

Autre originalité, les feuilles adoptent une position plus ou moins verticales et s’orientent dans la direction nord/sud. Ce qui lui vaut le surnom de plante-boussole. Cela a pour effet de réduire les brûlures du soleil et de diminuer l’évaporation.

           
 
 
 
           
 
           
         
    Le Macaon (Papilio macaon) (2)  
Ordre : Lépidoptère – Famille : Papilionidés
     
 

Le Macaon est une espèce thermophile : les fortes chaleurs de cet été lui ont été très favorables. D’autre part, le panais cultivé (Pastinaca sativa) est présent en grande quantité le long du canal et des chemins :  c’est l’une des plantes nourricière de ses chenilles.

J’ai donc pu observer la chenille qui manquait lors du premier article ( voir juin 2012). Elle se nourrit en plein jour sans se cacher. En cas de danger, elle fait jaillir son « osmétérium » de couleur orange dont émane un « parfum » malodorant sensé repousser l’attaque.

L’espèce hiverne au stade de la chrysalide. Elle est en faible déclin, alors profitons du beau spectacle que nous offre le papillon et sa chenille.

 
           
   
   
 
           
         
     
       
     
 
La nature au fil des saisons