La nature au fil des saisons - Novembre 2017

  La nature au fil des saisons    
- Le Pic Vert (Picus viridis)
- L’Armoise commune ( Artemisia vulgaris)
- Une fougère (s.p)
 
    Le Pic Vert (Picus viridis)  
    Ordre : Piciforme – Famille : Picidés  
   
 

Le Pic Vert est un oiseau forestier qui a besoin d’espaces dégagés (clairières, chemins…) pour se  nourrir. Suite à la déforestation  il s’est adapté aux endroits arborés plus restreints, jusque dans les parcs urbains. Dans notre village, il est présents partout et vous êtes nombreux à  l’observer dans votre pelouse ou dans vos arbres.

En effet, bien qu’ arboricole, c’est au sol qu’il se nourrit. Vous le voyez sautiller à la recherche des fourmilières. Lorsqu’il en a trouvée une, il commence par creuser le sol de son bec puissant. Une fois les galeries accessibles, il extirpe fourmis et larves avec sa longue langue collante. Cet  hiver, il continuera de se nourrir de la même façon !

Pour nicher, il creuse sa loge dans le tronc des arbres au bois tendre : saules ou peupliers. Ces deux espèces ne manquent pas à Hinges !

 
 
 

 

   
             
 
    L’Armoise commune ( Artemisia vulgaris)  
    Famille : Astéracées  
   
 

C’est une plante très commune qui ne passe pas inaperçue. Si ses nombreuses fleurs sont insignifiantes, sa grande taille est remarquable (de 80cm à 150cm). On la trouve dans les champs, le long des chemins ou dans les friches.

Connue depuis l’Antiquité pour ses bienfaits thérapeutiques, elle était utilisée alors pour les soins de la femme. Les Gaulois la nommaient « Ponema ». Elle est un stimulant digestif, a des propriétés diurétiques, antispasmodiques, anti-inflammatoires. C’est un antibactérien puissant et un antifongique. Aujourd’hui, elle garde une place en phytothérapie. On en tire aussi une huile essentielle qui, en frictions, soulage rhumatismes et douleurs musculaires.

Les parties utilisées sont les feuilles et les sommités fleuries. A forte dose, la plante est toxique. Consulter un médecin est nécessaire !

Plante proche : l’Absinthe à fleurs plus jaunes et lobes des feuilles plus arrondis.

   
   
 
   
 
   
 
           
       
       
     
    Une fougère (s.p)      
           
 

Les fougères sont des plantes sans fleurs. Elles se reproduisent par la dissémination de spores, un peu comme les champignons. Plante verte à part entière, car elles réalisent  la synthèse chlorophylienne (ou photosynthèse).

La reproduction suit un cycle d’alternance de générations.

Explication simplifiée :

Une plante « mère » libère des spores qui sont disséminés par le vent. A la faveur d’une pluie, ou sur terrain humide intervient la germination qui donne naissance à une seconde génération. Lorsque les nouvelles fougères sont suffisamment développées des organes mâles et femelles apparaissent sous « les feuilles ». Les organes mâles entourent les organes femelles qui contiennent un »œuf ». Lorsque les feuilles sont humidifiées par la rosée ou la pluie, les organes mâles libèrent des anthérozoïdes qui se déplacent à l’aide d’un flagelle pour rejoindre l’œuf . Cela rappelle le mode de reproduction des mammifères !

L’humidité, vous l’avez compris, joue un rôle essentiel dans la reproduction des fougères. L’espèce présentée que je n’ai pas identifiée, se rencontre dans le Bois d’Hingette.

           
 
   
 
         
   
 
 
La nature au fil des saisons