Le CHATEAU

 
   
 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
     
 
Le château était bâti sur une colline entourée d’un parc de quatorze hectares environs. Dans ce parc
 
 
se trouve la tour d'Hinges, seul vestige visible en passant dans la rue du Plouy. Ce château était situé dans un coin pittoresque qui, par ses charmes, retenait l’attention du chercheur avide d’émotions. Le parc contenait plusieurs pièces d’eau, on y pêchait la carpe, le gardon, l'anguille et divers autres poissons. Dans une pièce d’eau se trouvait deux massifs plantés de rosiers.
 
   
   
   
   
Le parc était très accidenté et les pièces d’eau étaient reliées entre elles par des cascades où s’étalait
 
   
une vaste végétation. Une cabine de pêche installée sur le bord du bassin principal, protégeait les pêcheurs en cas de mauvais temps. Il existait également un bassin de natation avec sa cabine de bain.
   
Dans le partie boisée du parc: on y chassait le lièvre, le lapin, la bécasse…
 
   
La Tour (notre tour) servait de pavillon de chasse, facilitant le tir aux oiseaux. La propriété était agrémentée de deux superbes allées de tilleuls. On trouvait un saule pleureur gigantesque dont les branches retombaient jusqu'à terre, recouvrant les bancs qui faisaient le délice des promeneurs. Bien des familles, pendant les vacances, venaient y passer la journée et prendre leur repas sous cet arbre. On trouvait également une rotonde, une cabane de jeux, des balançoires, des agrès de gymnastique et même des emplacements pour jouer au tennis et au croquet…
 
   
Une allée très ombragée, appelée « l’allée du paradis », était plantée de noisetiers.
 
    Venons à la ferme du château. La grille par laquelle on accédait, nous amenait dans une cour immense,  
   
entièrement pavée, au milieu de laquelle on rencontrait un abreuvoir pour les chevaux. En face de la grille d’entrée, on apercevait le corps de logis de la ferme; le mari était le jardinier du château; sa femme s’occupait de la basse-cour; les enfants rendaient service apportaient le lait et le beurre au château. A l’intérieur de la cour on trouvait toutes les dépendances: deux écuries pour cinq ou six chevaux, sellerie, remis pour voitures, greniers aux fourrages, porcheries, poulaillers pigeonniers, clapiers à lapin. On y trouvait également une laiterie, une buanderie, un garage d'autos: le tout est éclairé à l’acétylène.
 
   
De l’autre côté de la propriété, avec grilles d'entrée, était situé le chalet habité par la concierge, dont le
 
   
mari était contremaître à la scierie. Cette scierie fournissait l’eau au château, à ses dépendances et aux pièces d’eau et cascades du parc.
 
       
   
La tour du château - vers 1907
La tour - 2008  
       
     
       
   
La scierie, l’église et le parc du ch âteau - vers 1913
 
       
     
       
   
Le château - vers 1919