Hinges du 12ème au 19ème siècle
Au 12ème siècle :
 
        Propriété des comtes de LENS, ensuite, le Roi eût des droits sur HINGES par sa propriété du château de Lens.  
 
 
Au 13ème siècle :
 
        En 1212, vente pour 3 ans, par le Chevalier Thomas de la DOVE, de DOVIA, au chapitre Saint-Barthélémy de BETHUNE de la moitié d’une dîme qu’il possédait sur HINGES.
En 1228, Jacques de Béthune donne à l’abbaye d’Anchin, 10 rasières de terre situées à la porte d’Hinges, sur la hauteur du mont où est placée l’église. A cet emplacement, dit "le courtil" était bâtie une censé nommée "Ferme de l’Abbaye d’Anchin". Plus tard, le corps de ce logis fut converti en cabaret.
 
         
         
         
         
         
       
 
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
         
       
 
Au 14ème siècle :  
       


La maison D’OLLEHAIN détenait la seigneurie d’HINGES.
Le 13 Mai 1385:
Rapport et dénombrement de Guillaume de PIPPEMONT, seigneur écuyer, d’un fief à Hinges que je tiens et avoue tenir de mon dit seigneur Philippe le HARDI, châtelain de LENS, à cause de Jeanne d'OLLEHAIN mon épouse.

 
       
 
Au 15ème siècle :  
       
La maison de BERGHES (BERGUES) est propriétaire de la Seigneurie d’HINGES par Philippe de BERGHES- St WINOCQ.
C'est fin juillet 1487 qu’une bataille eut lieu au bas d’Hinges (« Pacau ») entre les Alliés ( Allemands et Bourguignons) de Maximilien d’Autriche et les français de Charles VIII.
On l’appela la journée des fromages à cause du grand commerce que Béthune en faisait alors.
 
       
 
Au 16ème siècle :  
       


Protestantisme, églises pillées, statues brisées, etc...
17 Août 1568, Nicolas de RIETZ, habitant d’HINGES, fut brûlé vif après avoir eu la langue percée par un feu ardent.

 
Au 17ème siècle :  


1660, Alexandre DUPIRE, gentilhomme originaire de BOULOGNE, chevalier, Seigneur de Tourlingthun, Montigny, Hinges etc.., s’en rend acquéreur.
La terre d’HINGES fut établie en baronnie par lettres patentes de Louis XIV, en 1696, à condition qu’elle appartienne toujours aux enfants mâles du nom, par Nicolas Alexandre DUPIRE, 1er grand bailli héréditaire des ville et gouvernance de Béthune en 1693.
Nicolas Alexandre DUPIRE fût enterré dans le coeur de l'église St Vaast à Béthune.


Au 18ème siècle :  
       
Nicolas Alexandre DUPIRE, brigadier du Roi, rendit de grands services aux troupes de sa majesté lors des sièges de Béthune et Lille.
En Août 1709, les Français firent des "redoutes" sur les hauteurs d’HINGES, pour assurer la défense de Béthune.
DUPIRE fit couper ruisseaux et rivières, rompre plusieurs ponts afin de rendre inaccessible les marais entre Béthune et Cambrin.
Ces divers faits lui attirèrent les malédictions des habitants des villages voisins.
Par son zèle dans cette tâche, le Roi le combla d’honneurs et au traité d'Utrech du 11 Avril 1713, le Baron d'Hinges eut pour charges de délimiter les pays cèdés à la France.
14 Février 1762: acte de décès d’un prévôt des charitables de la Confrérie de Saint-Eloi d’HINGES.

     
       
 
Au 19ème siècle :  
       
Jusqu’ici, l’église d’HINGES était un secours de VENDIN sous le patronat de l’abbaye d’ANCHIN.
Elle fut érigée en paroisse en 1803 sous l’invocation de Sainte-Marguerite, elle était construite en grès et paraissait très ancienne. Le clocher séparant le choeur du reste de l'église remonte à une époque différente; il en est de même de la nef principale et des bas côtés, ce qui lui donne une forme très irrégulière.
Dans le centre d’Hinges, construction en 1851 d’un château entouré d’un splendide parc de 14 hectares environ.

 
       
 
 
       
 
REVOLUTION DE 1789:  
       
L’Eglise d’HINGES fut dévastée et convertie en salpétrière. A cette époque, HINGES formait la limite extrême, côté Ouest, du diocèse d’ARRAS.